ACTUALITE
Procès putsch manqué : menacé de mort le sergent Yahaya Guiré accuse le caporal Abdoul Nafion Nébié.  26 juillet
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Le sergent Yahaya Guiré appelé à la barre ce mercredi 25 juillet 2018 pour répondre des faits de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat ; de meurtre ; et de coups et blessures a plaidé non coupable. Il a également confié avoir fait l’objet de menace de mort de la part du caporal Abdoul Nafion Nébié ainsi que d’autres éléments. Mais avant lui, l’interrogatoire du soldat de 1ère classe Hamado Zongo débuté le mardi 24 juillet, s’est poursuivi ce mercredi 25 juillet 2018. Celui qui a plaidé non coupable en ce qui concerne les charges qui pèsent contre lui a poursuivi sa défense.
Le mardi 24 juillet 2018, le soldat de 1ère classe Hamado Zongo appelé à la barre pour répondre des faits qui lui sont reprochés pour son rôle joué lors du coup d’Etat manqué, a déclaré ne pas reconnaitre lesdits faits. A la suite de cette déclaration, il va tenter de se défendre. L’interrogatoire s’est poursuivi avec ce dernier hier mercredi. Appelé de nouveau à la barre, le prévenu n’est pas revenu sur sa déclaration. Si depuis le 24, il tente de convaincre le Tribunal de son innocence, il faut dire qu’il n’a pas réussi au regard de cette question que lui a adressé le procureur militaire : « à vous entendre depuis hier, vous prétendez n’avoir rien fait dans le coup d’Etat mais pourquoi aviez-vous franchi la frontière pour vous retrouver en république de Côte d’Ivoire » ? A en croire l’accusé, c’est pour préserver sa vie qui était menacée par les pro-Zida. Me Alexandre Sandwidi avocat de la l’accusé va observer à la suite de cela que : « si vous dites que ceux qui ont fui le pays se reprochent quelque chose ; à contrario, ceux qui n’ont pas fui ne se reprochent rien. Mais on constate que jusqu’à preuve du contraire que c’est ceux qui sont restés qui sont à la base de cette affaire ». Le procureur va poursuivre en rappelant à l’accusé que devant le juge d’instruction, il a confié s’être rendu à Zorgho avec une équipe dirigée par le sergent-chef Ali Sanou où ils ont détruit la radio Laafi et a même fait cas d’une dame en civile qui a mis le feu à ladite radio. Le soldat de 1ère classe va déclarer n’avoir pas fait cette déclaration. Ne partageant pas son attitude qui est de contester à chaque fois les déclarations qu’il a faites et qui sont consignées dans le procès-verbal qu’il a signé, Me Somé avocat de la partie civile va indiquer que : « depuis le début du procès, certains accusés se sont évertués à décrédibiliser le travail de la justice. Ce qui est d’autant plus malheureux c’est que des inculpés disent que des procès-verbaux d’instruction authentifiés par un greffier sont faux sans apporter des preuves ». Pour lui, il s’agit simplement d’une défense sans suite. Me NDorimana de la défense va lui rappeler que la loi permet à l’accusé de revenir sur ses déclarations, et qu’il appartient au tribunal de tirer les conséquences qui s’imposent. Il conclut en ces termes : « ce n’est pas aux avocats des parties civiles de nous donner la conduite à tenir ».

Le sergent Yahaya Guiré menacé de mort par ses frères d’arme
Après le soldat de 1ère classe Hamado Zongo, c’est le sergent Yahaya Guiré qui a été appelé à la barre. Poursuivi répondre pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, et de coups et blessures. Il s’est également dit non coupable. Il explique que le 15 septembre 2015, il était de permanence. Il indique que c’est le 16 dans la matinée qu’il est descendu avant d’être rappelé une fois chez lui par l’adjudant-chef Idani. A son arrivée au camp vers 18 heures, il a confié avoir remarqué que des voitures ont été enlevées dans le garage qu’il avait en charge. Après s’être renseigné poursuit-il, il lui a été rapporté que des éléments du Groupement des unités spéciales (GUS) ont arrêté les autorités de la transition. Suite à cette information, il dit s’être rendu au carré d’arme où il a retrouvé les véhicules manquants dans lesquels il a vu des armes qui étaient déposées. Par la suite, le sergent va confier être sorti à deux reprises pour un dépannage avec un jeune nommé Abdou Compaoré. A en croire le prévenu, de retour d’un dépannage, ce dernier a fait usage de son arme à deux reprises. « Quand on est arrivé au niveau du jardin du 8- Mars des manifestants nous lapidaient,et il a effectué des tirs en l’air » a-t-il expliqué. A travers cette explication, le prévenu a tenté de démontrer au tribunal son innocence. Il va d’ailleurs rappeler qu’il n’a effectué que deux sorties et elles ont consisté au dépannage. « Je suis un garagiste, je ne sors pas, je n’ai pas effectué non plus de patrouilles ».
Si le parquet a semblé accordé un peu de crédit à ses explications, il n’a pas non plus manqué de lui poser quelques questions d’éclaircissement. Il faut rappeler que Yahaya Guiré a reconnu avoir effectué ses sorties en ayant son arme avec lui. C’est un détail qui a touché le procureur militaire qui va lui demander à savoir pourquoi pour juste une mission de dépannage, il porte une arme. La réponse de l’accusé est la suivante : « la situation qui prévalait en ce temps au RSP le nécessitait ». Il va se justifier en confiant avoir fait l’objet de menaces à plusieurs reprises. L’une c’est quand le caporal Abdoul Nafion Nébié l’a menacé sous prétexte qu’il a laissé que l’on vienne chercher les véhicules qui sont dans son garage pour les amener au camp Guillaume au moment du désarmement. Il soutient que pour ce qui est de l’autre, c’est le même caporal et d’autres jeunes, qui l’on menacé de mort pour avoir refusé leur donner les clés des véhicules qui sont à sa charge. Il va conclure : « il y a aussi que personne n’avait confiance à l’autre avec les histoires de clans, donc je ne pouvais pas laisser mon arme ». Sur ce, l’audience a été suspendue et reprendra le vendredi 27 juillet 2018.
Edoé MENSAH

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 26 juillet 2018, par Ka

Malgré les critiques de dénigrement qui s’abat sur le régime Kaboré, admettons que la démocratie au Burkina se développe a pas d’éléphant, si je vois les caprices et les mensonges de ces militaires indisciplinés a travers ce procès : Un soldat n’a pas de décision à prendre ; il obéit.
C’est un individu discipliné, qui exécute les ordres de ses supérieurs hiérarchiques. En cas de désobéissance comme ce qui s’est passé, le code pénal de la justice militaire exige une cour martiale comme c’était appliqué au temps du régime Compaoré, qui prononce, en cas de conviction, une peine d’emprisonnement et la radiation pure et simple après la libération du prisonnier. Si la désobéissance a eu lieu en temps de guerre comme notre guerre avec les terroristes, c’est pire : dans beaucoup de pays, on abat les soldats qui se rebellent comme Diendéré et consorts, y compris dans le dos, car ils sont devenu ’’des ennemis’’, qui peuvent aider le camp ennemi.
Aujourd’hui vous aviez la chance d’être en vie, acceptez votre complicité avec vos généraux de pacotille, pour que le droit soit dit pour tous, et on n’en parle plus : au lieu de vouloir porter le chapeau a l’autre.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : selon dame Adjara, l’argent s’est transformé en cailloux…
ZOODOACTU.Dame T. Adjara est employée de commerce, mariée et mère de 05 enfants. Elle répondait de (...)
Devant le tribunal : " il s’est réveillé en constatant la disparition de son argent..."
ZOODOACTU.K. Issiaka était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce lundi 15 (...)
Le monde de la culture : la serie noire continue...
ZOODOACTU.La série noire continue dans le monde de la culture, l’artiste comédien et admis à la (...)
Conseil des ministres du 17 octobre 2018 : voici le nouveau patron de l’ONI
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 17 octobre 2018, en (...)
Devant le tribunal : 12 mois de prison ferme contre des indélicats de la société EERI-BF !
ZOODOACTU.Ils étaient quatre prévenus à comparaître devant le Tribunal de grande instance de (...)
Putsch manqué du 16 septembre 2015 : Léonce KONE et les 50 millions
ZOODOINFOS."j’ai reçu les 50 millions de la côte d’ivoire qui n’avaient rien à voir avec le coup (...)
Les 3 meilleurs moyens d`aider votre corps à récupérer
ZOODOACTU.Le repos et l’activité sont comme le yin et le yang de la philosophie chinoise. Ils (...)
Bertrand TRAORÉ : tentative de cambriolage dans sa résidence...
ZOODOACTU.Un mois après le cambriolage chez Memphis Depay pendant un match, c’est la résidence de (...)
Le podium du Ballon d’Or déjà connu ?
ZOODOACTU.Kylian Mbappé et surtout Antoine Griezmann seraient sur le podium du Ballon d’Or 2018 à (...)
Synthèse du conseil des ministres du 17 octobre 2018 : 50 milliards FCFA destiné à améliorer la qualité de l’utilisation des services de santé...
ZOODOACTU. Le conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 17 octobre 2018 sous la présidence du (...)