ZoodoInfo
Crise à l’ONATEL : le SYNATEL demande à l’Etat et aux Burkinabé d’ouvrir l’œil et le bon…  26 juillet
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS.Le Syndicat national des travailleurs des télécommunications (SYNATEL) a finalement tenu sa conférence de presse ce mercredi 25 juillet 2015. Assez de remontrances à l’endroit de l’équipe dirigeante de l’Office national des télécommunications (ONATEL), avec aux commandes le Directeur général (DG) actuel, Sidi Mohamed Naïmi.


Le point de discorde cette affaire est qu’un protocole d’accord avait été signé entre la Direction générale et les travailleurs en novembre 2016, cela sous la médiation du ministère du développement de l’économie numérique et des postes.

Il se trouve cependant que ce protocole d’accord est remis en cause par le DG, qui estime que les clauses ont été signées sous une sorte de contrainte de l’Etat burkinabé. Jusque-là, ce protocole peine à s’appliquer, selon le Secrétaire général du SYNATEL, Soulémane So, qui fustige une sorte de revirement du DG, Sidi Mohamed Naïmi.

Car comment comprendre qu’après avoir été d’accord avec les autorités et les travailleurs, le protocole soit remis en cause ?

Le SYNATEL estime que le DG est en train de remettre en cause les acquis qui peuvent remettre sous la sellette l’ONATEL, qui était pourtant le leader des télécommunications au Burkina mais qui s’est vu supplanter par d’autre sociétés privées.

Les failles sont le manque de maintenance, car les clients se plaignent de l’accès au réseau, le niveau de production qui est faible, parce que des clients paient sans pour autant avoir ce qui leur est dû et sont donc obligés de réclamer leur argent, le développement des réseaux qui sont souvent en berne, ce qui fait que certains projets sont exécutés à moitié, et, au niveau de la téléphonie mobile, pendant qu’il y a des demandes pressantes, le territoire national n’est même pas encore couvert, alors que cela était des prérogatives de Maroc Télécom qui devait assurer tout cela.

En d’autres termes, l’Etat burkinabé a mal fait de donner la gérance de l’ONATEL à Maroc télécom, qui ne respecte pas le cahier de charges, fait crouler l’ONATEL suite à toutes sortes de dérives, et, pis, est en train de se jouer du consommateur burkinabé.

Le SYNATEL signale que pendant que d’autres sociétés de téléphonie mobile sont au top, l’ONATEL se retrouve à raser les murs, alors que c’est la seule société étatique qui devait faire preuve de persévérance et donner le bon exemple en matière de télécommunications.

Le SYNATEL prend à témoin les populations et l’Etat et estime qu’il ne faut pas que Maroc télécom, via le DG, vienne ainsi venir brader un patrimoine national que des personnes ont sué eau et sang pour construire.

Outre cela, la fausse querelle entre le DG et le SYNATEL n’est que pour jouer sur l’avenir de l’ONATEL, car il ne sert à rien de se quereller pendant que l’essentiel demeure dans la pérennité de l’entreprise…
Le SYNATEL invite donc l’Etat burkinabé à ouvrir l’œil et le bon, ainsi que les Burkinabé, afin que cette entreprise commune ne soit pas vilipendée par des personnes aux desseins inavoués et qui risquent de faire du tort à tous…

Sana Moussa

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 26 juillet 2018, par La Passante

Que voulez-vous si c’est l’État qui a bradé l’ONATEL ?


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN