ZoodoInfo
Paul François COMPAORE soupçonnée « d’incitation à assassinat » : la procédure devant la chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Paris, le 13 décembre prochain(ministère)  7 décembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS. Dans le cadre de l’instruction de l’assassinat du journaliste d’investigation Norbert ZONGO le 13 décembre 1998 dans les encablures de Sapouy, le juge d’instruction en charge du dossier a émis le 05 mai 2017, un mandat d’arrêt international contre monsieur Paul François COMPAORE soupçonnée « d’incitation à assassinat » dans le cadre de ce dossier.
Le 29 octobre 2017, monsieur Paul François COMPAORE a été arrêté à l’aéroport Roissy Charles de De Gaule de France et présenté le lundi 30 octobre 2017 à un juge qui l’a laissé en liberté sous contrôle judiciaire en attendant la demande d’extradition pour l’envoi de laquelle le Burkina Faso, Etat requérant dans cette procédure d’extradition disposait d’un délai de vingt (20) jours. Les effets de contrôle judiciaire sont les suivants :
- Confiscation de ses passeports, quatre (04) au total ;
- Interdiction de quitter le territoire français ;
- Obligation de pointer chaque 15 quinzaine au commissariat de police de son arrondissement de résidence ;
- Obligation de notifier tout changement de domicile.
Le 30 octobre 2017, le Burkina Faso a fait parvenir par la voie diplomatique la copie avancée de la demande d’extradition qui a été suivie quelques jours plus tard de la copie originale qui vaut saisine officielle du juge français chargé de l’extradition.
C’est dans le cadre de l’instruction de cette demande d’extradition que monsieur Paul François COMPAORE a été reçu le 04 décembre 2017 au parquet général près la Cour d’appel de Paris qui lui a notifié la demande d’extradition du Burkina Faso et l’a informé par la même occasion que la première audience dans le cadre de cette procédure est prévue pour se tenir le 13 décembre 2017 à 14h00 devant la chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Paris qui va procéder à son tour à la notification de la demande du Burkina avant de renvoyer le dossier pour être débattu au fond à une date qu’elle indiquera aux parties.

Direction de la communication et de la presse / Ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique

Répondre à cet article

 

Il y a 3 commentaire(s) pour cet article

posté le 7 décembre 2017, par Achille De TAPSOBA

HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

Quand les anniversaires(13 décembre, 30 et 31 Octobre, 15 Septembre) arrivent, Mr Roch nous fait miroiter en organisant des cirques gratuits. On t’attend naturellement de voir de l’extradition de François Compaoré car je suis pessimiste. Ce sont les mêmes Français qui ont minutieusement exfiltré Blaise l’indispensable et François le pape de la division en Octobre 2014 à la demande d’ ADO, le roi de l’impunité. Sachons-le que la France a toujours joué un double jeu : amadouer les Africains avec la main droite(venue de Macron au Burkina) et de la main gauche maintenir les pays Africains dans un état de paupérisation genéralisée.Macron n’est qu’une continuité de Françafrique.

Autre chose qui nous inquiète sérieusement c’est l’indépendance des juges. Des magistrats ont été utilisés comme des marionnettes par la sphère politique. En 2016, on a vu des juges corrompus qui ont accordé massivement des libertés provisoires à des grands criminels de sang et économiques comme "ange" Djibril, le cerveau du putsch et l’ami des djihadistes avec la bénédiction des dirigeants du MPP(Roch). Ces mêmes juges pourris ont annulé le mandat d’arrêt de Soro en modifiant des plumitifs. Ne croyons pas aux déclarations de Mr Roch en matière de transparence car Mr Roch et Mr Simon ont été formés dans la grande école de Blaise le "grand médiateur" où la ruse, la tromperie et la fourberie sont des modules bien enseignés. Ils ont été les grands artisans de la politique de Blaise pendant 24 ans. Peuvent-ils scier la branche sur laquelle ils étaient confortablement assis ? Jamais.Visiblement,ce régime mpp ne peut à aucun cas rendre justice car ils n’ont pas intérêt.

Les juges nous ont fait croire que tout détenu a droit à la liberté provisoire or les petits caïds ou bandits se voient refuser des libertés provisoires tandis que les grands criminels sont libérés provisoirement sans demande.Même si François Compaoré arrive à Ouaga, les autorités vont lui accorder une liberté provisoire avec leur procédure classique : soit il existe les vices de formes dans le dossier soit son état de santé est mauvais.

Tant que des magistrats seront corrompus par les politiques, le BURKINA SERA TRÈS MALADE EN SA JUSTICE. Ce que Mr Roch dit aujourd’hui est différent de celui de demain en matière de justice. Dans la politique, Roch est différent de Saint Christian. Ne rêvons pas
trop

"Heureux ceux qui ont faim ou soif de la justice, ils seront rassasiés" Mathieu

MAMAN ZONGO reposez en paix dans le Royaume du SEIGNEUR. Nous nous battrons pour que justice soit rendue.

LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT

JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
JUSTICE POUR DABO BOUKARY

VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

ACHILLE DE TAPSOBA LE BOBOLAIS


posté le 7 décembre 2017, par lewang

Déjà bon ! même si la suite n’aboutissait pas il aura su tout au moins que personne n’est rien sur terre. Il se rappellera à tout moment de cette "défiance " à son égard en attendant le jugement dernier qui là n’a pas de dilatoire pour échapper !


posté le 8 décembre 2017, par JMK

La coincidence des dates ( 13 decembre 1998 - 13 decembre 2017) me fait croire à une poudre aux yeux pour calmer la population.

La justice des Hommes peut durer le temps que nous la manupilons mais la Justice divine, elle, est imparable.

Prenez votre temps.....Le temps de Dieu et de Norbert viendra.

GOD BLESS


Ajouter un commentaire

 

L’AFFICHE DU JOUR

Incendie ce dimanche 10 décembre midi, à la cour d’appel de Ouagadougou.

ZOODO TOP TEN
Conseil des ministres du 7 décembre 2017 : 57 973 462 203 FCFA pour la société KANIS LOGISTIC SA
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en (...)
Madame Mariam Diallo née Zoromé, décédée
ZOODOINFOS. Le Ministre d’Etat, ministre de la Sécurité a le profond regret d’annoncer le décès de (...)
Situation nationale : le Kôrô Yamyélé parle au PM Paul Kaba TIEBA
ZOODOACTU.- Monsieur le PM PKT, j’ai lu votre déclaration très osée, voire injurieuse envers des (...)
Devant le tribunal : il simule un évanouissement, à la vue des gendarmes...
ZOODOACTU.I. Adama est commerçant, et tient une alimentation. Il a cependant été arrêté et déféré (...)
À suivre : des experts de l’ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé
ZOODOACTU.Les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ont appelé jeudi (...)
Appel à contribution pour l’organisation d’une veillée et de l’inhumation de Oxy Dj
ZOODOACTU. De façon spontanée, les amis et collègues de l’artiste OXY dj se sont réunis le lundi 4 (...)
Ram OUEDRAOGO : " Blaise COMPAORE, un homme calme "
ZOODOACTU.J’ai eu l’honneur d’être reçu ce samedi 9 décembre 2017, par le Président Blaise Compaore. (...)
Simon Compaoré aux forces de sécurité de Pabré, Dapelgo, Kongoussi et Rouko : « Sachez que vous n’êtes pas oubliés »
ZOODOINFOS.Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était en tournée le dimanche (...)
Haute Cour de Justice : nominations de magistrats
ZOODOACTU.La nouvelle loi organique modificative de la Haute Cour de Justice a créé en plus des (...)
" Scandale tranquillos " : " j’ai déposé une plainte contre Monsieur Simon COMPAORE, ..." ( Zéphirin DIABRE )
ZOODOACTU.Le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) informe les citoyens burkinabè qu’il a (...)