ZoodoConso
ESSENCE MELANGE : Boom du frelaté et risques incommensurables  14 novembre 2011
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOCONSO.Nombreux sont les Burkinabè qui s’arrachent les cheveux chaque jour pour se procurer de l’essence mélange de qualité pour leurs engins. Ce service tend à disparaître définitivement des stations comme Total, OTAM, Shell, SKI ,etc. Ce n’est pourtant pas la demande qui est en cause. A certains endroits les utilisateurs de ce fuel pour mobylette type P50, CT, Ninja, Yamaha mate, etc, voient une inscription coller à la pompe : « en panne ».

Cette situation de pénurie, dans les stations à essence, a fait naître, surtout dans les quartiers périphériques, une nouvelle activité qui s’étend, de jour en jour, à travers la ville de Ouagadougou, avec tous les risques y relatifs.

En effet, des petits malins, face à la demande de plus en plus grande des consommateurs, n’ont pas trouvé mieux que d’offrir leur service en trouvant le moyen de mélanger l’essence, communément appelé l’essence sec avec le huile 2 temps.

Ce mélange est ensuite mis sur le marché sur des étals de fortune.

Souvent, à côté des stations d’essence, la plus grande concentration se trouve dans les quartiers périphériques.
Ce phénomène accentue le problème des trafics en tout genre de l’essence et des produits dérivés.

« Nous avons des fournisseurs qui nous ravitaillent en essence mélange mais quand ils tardent à venir nous allons nous procurer de l’essence sec dans les stations et nous venons mélanger avec l’huile 2 temps. Ensuite , on le met sur le marché. Le prix est le même que dans les stations mais la quantité est légèrement moindre. » ,

confie Madi Sorgho, revendeur d’essence frelaté au secteur 28.
Un consommateur que nous avons rencontré sur place est très remonté contre l’Etat. Il pense que le gouvernement devrait faire quelque chose.
« Ce sont les commerçants des motos chinoises qui sont de connivence avec l’Etat, leurs objectifs c’est de faire disparaître les autres motocyclettes. Ils ont des intérêts communs et nous le savons. » ,

peste celui qui se fait appeler monsieur Zagré.
Pour peu que l’on se laisse prendre au jeu des questions réponses, les consommateurs deviennent prolixes et tout de suite vous avez un regroupement autour de vous.

Et l’on se passe le mot : « il y a un journaliste ici ». Chacun veut dire quelque chose et on est dans la confusion.

Avant de prendre le nom de cet autre consommateur d’essence frelaté, il aura le temps de balancer sur notre face, avant de filer avec sa P50 :

« ils (les membres du gouvernement) se foutent des pauvres. Quand ils sont dans leurs voitures climatisées pensez-vous qu’ils pensent encore à nous ? Ils pensent aux filles et au champagne mais ce qui s’est passé là (la crise en début d’année) est petit par rapport à ce qui risque d’arriver. Aujourd’hui je prends ce mélange avec tous les risques liés à la qualité de l’essence et on nous dit toujours que le pays avance et que tout va bien ! Où est ce que ça va là ? »

Tonnerre d’applaudissement et subitement, l’air de vente de l’essence frelaté se transforme en un meeting. Des passants s’arrêtent et cela attire d’autres badauds.
En s’éclipsant furtivement pour ne pas créer un attroupement inutile, nous entendions toujours au loin, dans la foule constituée : « où est le journaliste là ? J’ai quelque chose à dire ».

Ce fut la dernière rumeur que nous avions trainé jusqu’à la station Total qui se situe au croisement des avenues Charles De gaulle et Babanguida.
« Il n’y a pas de mélange parce qu’il n’y a pas d’huile à la base. » balancera le pompiste qui nous a reçu. Mais, entendez par ‘‘à la base’’ la SONABHY.

Et c’est ce qui ressort de notre constatation dans plusieurs stations de la ville, même s’il y a d’autres comme celles de la société Shell, qui continuent de dépanner les consommateurs avec de l’essence mélange.

Elles sont nombreuses les stations à mettre une affiche : « pompe en panne ».
Le phénomène de l’essence frelaté, à côté des concessions et des marchés, pose le problème lié aux risques d’incendies comme toutes les fois que nous avions vécu cela de par le passé à Tenkodogo, à Bobo Dioulasso et dans d’autres localités.

Mais dans cette histoire, doit-on blâmer les revendeurs ? A qui la faute s’il manque de l’huile pour que les stations, seuls lieux habilités en termes de norme de sécurité à vendre de l’essence, continuent d’y accueillir les consommateurs ?

Il va falloir vite trouver une solution afin de sécuriser les populations pour que des cas fâcheux ne se produisent pas. L’Etat est donc vivement interpelé.

www.zoodomail.com/Bêbrigda Médar Ouango

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : attributions de fausses attestations de diplômes par un indélicat de l’ISPP...
ZOODOACTU.O. Martin a maille à partir avec l’Institut supérieur polytechnique privé (ISPP), cela (...)
Devant le tribunal : Kader vole le fétiche de son village...
ZOODOACTU.Voilà un monsieur, B. Kader, qui se fourre dans des ennuis... Il est poursuivi de vol (...)
Abbé Marius KINDA : " j’ai porté une buche sur la tête, or il y avait une vipère..."
ZOODOINFOS.A l’occasion de mon jubilé d’or sacerdotal, je suis invité à donner un témoignage dans le (...)
CDP : Eddie Komboïgo n’a pas lu ’’la lettre de démission’’ de Léonce Koné
ZOODOACTU.Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir) Eddie (...)
Devant le tribunal : le magasinier de Apsonic motors
ZOODOACTU.Plus de 10 millions FCFA, somme qui est reprochée à sieur S. Harouna magasinier dans (...)
Devant le tribunal : pour une affaire de corruption de magistrats...
ZOODOACTU.Ce 18 avril 2018 s’est tenu en audience un procès intenté contre Y. Philippe, qui est (...)
Communiqué FAIB/commission lune.
ZOODOACTU. La commission technique nationale lune et évènements islamiques de la fédération des (...)
Devant le tribunal : faux et usage de faux, escroquerie et abus de confiance, contre l’ex gérant de Gobnangou Consulting..
ZOODOACTU.N. Télesphore répond de trois chefs d’accusation. Il s’agit de faux et d’usage de faux, (...)
Somgandé / 7 personnes mortes suite à une bousculade :"Moi-même j’ai pensé que c’était fini pour moi"
ZOODOACTU.Dans la nuit du 20 au 21 avril dernier s’est produit uu drame au Plateau Omnisports du (...)