ACTUALITE
REVENDICATIONS DES AGENTS DE LA SANTE : Le RAME solidaire du SYNTSHA  21 novembre 2012
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) a entamé une grève de 4 jours, du 13 au 16 novembre 2012, sur l’ensemble du territoire national du Burkina Faso. Principalement, cette grève a pour objectif, selon le SYNTSHA, de revendiquer l’amélioration des conditions de travail dans les formations sanitaires, ainsi que le traitement salarial et indemnitaire des agents de santé. Compte tenu de l’impact que cette grève a sur l’accès des populations à des soins de santé de qualité, le RAME (NDLR : Réseau d’accès aux médicaments essentiels génériques) marque sa solidarité avec la plateforme revendicative du SYNTSHA dans son ensemble et interpelle les autorités à œuvrer pour un apaisement du climat social dans le secteur de la santé.

Les revendications du SYNTSHA concernant l’amélioration des conditions de travail, notamment la dotation suffisante des formations sanitaires en moyens de diagnostic et de traitement adéquat, la gratuité des soins d’urgence et des évacuations sanitaires à l’intérieur du pays, sont en parfaite adéquation avec les objectifs de plaidoyer du RAME. Bien que reconnaissant les efforts faits par le gouvernement, cités dans le communiqué publié par le ministre de la Santé dans le quotidien « Le Pays » n°5238 du jeudi 15/11/2012, nous constatons que la description de la situation de nos formations sanitaires, et le calvaire vécu par les populations, faite par le SYNTSHA, dépeint avec acuité la réalité de la situation sanitaire dans notre pays.

Tout comme le SYNTSHA, nous déplorons la persistance des pannes des équipements biomédicaux et les ruptures de réactifs et consommables médicaux. Cette situation révèle sans doute un dysfonctionnement dans nos procédures d’acquisitions et de gestion des équipements et des intrants de santé. Au-delà des sommes affectées, le ministre de la Santé devrait nous donner des gages d’assurance sur la qualité des équipements acquis et la transparence dans la gestion de ces équipements et intrants. Le ministre doit exposer clairement le plan de riposte qui est mis en place, pour garantir une fonctionnalité permanente des équipements sanitaires et une disponibilité continue des intrants.

La situation particulière des hôpitaux du Burkina Faso demande une attention particulière du ministère de la Santé. Profitant d’un statut particulier à géométrie variable, nos centres hospitaliers sont souvent décalés des politiques et objectifs nationaux de santé publique. L’image des hôpitaux du Burkina Faso dans l’opinion publique est celle de « mouroirs » et de « terrains de recrutements du secteur privé », le recrutement concernant aussi bien les agents de santé que les patients. Pire, il est à soupçonner qu’ils ne soient en plus, des « terrains d’approvisionnement en équipements et réactifs ». Le ministre de la Santé doit rassurer les populations sur les mesures prévues pour garantir le maintien d’un personnel qualifié dans nos hôpitaux, la conformité de toutes les dispositions appliquées dans les hôpitaux avec les politiques et les objectifs de santé publique. Il doit, en outre, donner des garanties que toutes les mesures sont prises pour prévenir les cas de détournements, tels que l’ont révélé les rapports récents de l’enquête parlementaire sur les subventions de l’Etat dans le secteur de la santé et de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE).

Nous sommes tout à fait conscients des ressources limitées de notre pays. Mais nous restons convaincus que l’Etat burkinabè, avec l’appui de ses partenaires, doit tout mettre en œuvre pour améliorer le traitement salarial et indemnitaire des agents de santé. Les prestations de soins, le soutien aux malades demandent un sacrifice énorme de la part de ces agents. Aussi, nous estimons qu’une attention particulière doit être accordée à leur motivation, aussi bien financière que morale. Sans cela, nous craignons que nous entretenions le nid de la corruption dans nos services de santé. Nous tenons, toutefois, à préciser que le mauvais traitement salarial et indemnitaire ne peut justifier des mauvais traitements ou la spoliation des usagers des services de santé. C’est pourquoi nous soutenons tous les militants du SYNTSHA, qui se tiennent loin de ces pratiques, en privilégiant les luttes citoyennes pour améliorer leurs conditions de vie et de travail.

Nous déplorons les conséquences que subissent les populations au cours de ces 4 jours de grève. Nous prenons note des initiatives prises par le gouvernement pour assurer la continuité des services. Cependant, il est évident que l’utilisation de stagiaires, à la place des titulaires des postes, ne nous garantit pas la qualité des services. Il est capital que le gouvernement, en collaboration avec le SYNTSHA, prenne les dispositions nécessaires pour assurer un service minimum de qualité pendant ces actions de revendications citoyennes.
Nous devons toujours garder à l’esprit, quelque soient nos intérêts, que ceux des populations sont les plus primordiaux. Le RAME rappelle que sa mission est justement de défendre les intérêts des populations et marque sa disponibilité à participer à toute démarche de résolution des problèmes rencontrés par notre système de santé.

Le Conseil d’Administration du RAME

Simon KABORE

E-mail : simonkabore@rame-int.org

Site : www.rame-int.org

N.B : La titraille est du journal.

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 22 novembre 2012, par bamos

bravo ,dans ce pays seul la lutte paie.En avant, brave agents de la santé .Sans vous pas de vie, le gouvernement aurait doubler vos salaires sans qu’on ne crie au scandale.votre lutte est légitime.Regarder le salaire d’un assistant de police à l’heure actuelle dépasse un cadre de la santé.Rebelotez si vous ne gagnez pas satisfaction


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Mouvement d’humeur des policiers : les flics se sont tirés une balle dans le pied
ZOODOACTU.Un mouvement d’humeur inédit. Voilà le spectacle que les policiers ont offert aux (...)
Devant le tribunal : "c’est le diable qui est entré entre nous"
ZOODOACTU. Ce lundi, 13 novembre 2017, au tribunal de grande instance de Ouagadougou, le (...)
François Compaoré : 2018, la tenue d’un procès ?
ZOODOINFOS.Bien que libre de ses mouvements après sa brève interpellation le 29 octobre à Paris, (...)
Conseil des Ministres du mercredi 15 novembre 2017 : un nouveau décret pour le renforcement de la police
ZOODOACTU.Le Conseil des Ministres, s’est tenu ce mercredi 15 novembre 2017, sous la présidence (...)
Pour exiger l’extradition de Blaise et compagnies : des anciens députés condamnent la lenteur des dossiers et s’unissent
ZOODOACTU.Le spectacle judiciaire poursuit sa tortueuse avancée tandis que la justice et la (...)
« scandale Tranquilos » : bientôt une plainte contre Simon COMPAORE.
Le Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC-CFOP) a tenu une réunion (...)
Les médicaments sans ordonnance contre le rhume les plus dangereux
ZOODOACTU.Les médicaments en vente libre en pharmacie sont-ils "moins dangereux" ? Comme en (...)
Meilleure force de police en Afrique : découvrez le top 10 des pays africains
ZOODOACTU.D’après l’indice mondial de sécurité intérieure et de la police de 2016, il semble que le (...)
Le Secrétariat Exécutif National de l’UPC exige la démission du ministre de la sécurité, Simon COMPAORE
ZOODOINFOS.Les membres du Secrétariat Exécutif National de l’Union pour le Progrès et le (...)
MENA : un arrêt de travail de quatre-vingt-seize (96) heures pour compter du lundi 27 Novembre ...
ZOODOACTU. Excellence Monsieur le Président du Faso, Le 11 Octobre 2017, la Coordination (...)