Devant le tribunal
Devant le tribunal : " ...les deux femmes tombent donc ! Dame Émilienne perd connaissance "  26 juillet
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Pour la somme de 19 000 FCFA et deux téléphones portables, une sexagénaire allait perdre la vie. Car deux voleurs à l’arrachée s’en sont pris à celle-ci, au matin du 11 mai 2018, vers 6h du matin, sur l’Avenue Babanguida, au niveau des feux tricolores de l’Eglise St Camille, sis aux 1200 logements. Ces deux larrons sont T. Abdoul et N. Franck, tous majeurs. Le second a été lauréat, par ailleurs, de médailles sportives. Les deux devaient répondre de faits d’actes de grand banditisme, devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, ce mardi 24 juillet 2018.

La victime, Z. Émilienne, explique qu’au matin du 11 mai 2018, elle partait à moto avec sa fille en consultation au centre de santé de St Camille. Pendant qu’elle roulait, elle voit deux hommes sur une moto Yamaha 135 qui s’approchent d’elles. Celui assis à l’arrière, Abdoul, lui retire son sac à mains, et le second, Franck, par la suite, ralentit et donne un coup de pied à l’avant de sa moto.

Les deux femmes tombent donc. Dame Émilienne perd connaissance, et elle explique que c’est à l’hôpital qu’elle s’est réveillée pour demander comment cet accident est survenu. On lui répond qu’en fait, ce sont deux voleurs à l’arrachée qui lui ont retiré son sac. Elle essaie alors de s’en souvenir, puis revoit les faits.
Emilienne se retrouve avec une fracture à la jambe gauche, des dents en moins, ainsi que des blessures au visage et ailleurs sur le corps. Elle se déplace à l’aide d’une béquille, de nos jours…

C’est grâce aux téléphones portables de Emilienne que les deux personnes ont été retrouvées, avec le système de traçabilité. Ils expliquent que dans la matinée du 11 mai, ils revenaient d’un maquis où ils avaient beaucoup bu d’alcool. En voyant les deux dames sur la moto, ils ne savent pas pourquoi ils ont commis cet acte. Outre cela, si Abdoul explique que c’est Franck qui lui a dit de retirer le sac de Emilienne, celui-ci dit le contraire.
Mais le procureur a vite fait de lui rappeler qu’entre 2013 et 2014, il a comparu devant le tribunal pour complicité de grand banditisme, même s’il a bénéficié du doute, en ces temps-là. Le procureur, dans ses réquisitions, demande que les deux soient condamnés à une peine de 7 ans assorti d’une période de sureté de 4 ans ferme. Le Tribunal, estimant que cet acte est assez grave et pouvait coûter la vie à une sexagénaire comme Emilienne, les a condamnés à la peine de 10 ans, dont 6 ans de sûreté. La victime, elle, réclame 250 000 FCFA pour les dommages subis…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 27 juillet 2018, par le voyant

bonjour cette peine de 10ans assortie d annees de surete concorde parfaitement avec l acte pose par ces petits delinquants qu ils faut debarraser de la societe
merci a la justice et qu elle continue sur cette voie


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN