ACTUALITE
Récit d’un acte de corruption vécu par un enquêté au niveau de la SONABEL  24 juillet
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Au cours de cette année, j’ai accumulé plus de trois (3) factures impayées d’électricité qui ont valu une coupure d’électricité par la SONABEL. Un vendredi, j’ai été régler mess factures et il ne restait que le rétablissement de mon électricité. Les échanges sur place avec les agents en charge de rétablir le courant m’ont permis de comprendre que le rétablissement de mon courant ne pouvait intervenir qu’à partir du lundi qui suivait. En sortant du guichet de la SONABEL, un monsieur ayant sans doute observé mes échanges avec les agents a proposé de m’aider à rétablir mon courant le même jour contre le versement de la somme de 5000 F CFA. Au regard de l’urgence de mon besoin pour en avoir été privé durant un bon moment, j’ai accepté la proposition et mon courant a été effectivement rétablie le même jour. (un indépendant de 34 ans à OUAGADOUGOU).
Hervé k/ RENLAC

Répondre à cet article

 

Il y a 5 commentaire(s) pour cet article

posté le 25 juillet 2018, par Claud 2

En avez-vous les preuves ?


posté le 25 juillet 2018, par Mafoi

Donc vous êtes un corrupteur puisque vous êtes rentré dans le jeu de ces dealers patentés d’autant que si ce jus vous était si précieux,vous n’allez pas accumuler autant des impayés jusqu’à sa coupure.C’est dire que vous pouvez attendre jusqu’à lundi.Honte à vous


posté le 25 juillet 2018, par Ka

Mafoi, je suis de ton avis : Pourquoi le REN-LAC, surtout ce ne sont pas les lois qui mettront fin à la corruption : Une personne comme ce dernier qui encourage la corruption, le Burkina ne pourra jamais éradiquer la corruption. Dire qu’on est contre la cor-ruption, c ’est un état de conscience vis à vis de soi et des autres.


posté le 25 juillet 2018, par Génération

Je salue le travail remarquable fait par le RENLAC en matière de lutte contre la corruption dans notre pays. Cependant je constate que ce travail est toujours à charge contre les corrompus. En effet, la corruption met toujours en scène au moins 2 acteurs, un corrompu et un corrupteur. Dans le récit qui nous est proposé là, l’usager déjà en situation d’impayé a suscité la corruption, il est le corrupteur d’un agent de SONABEL (corrompu) dans l’exercice de ses fonctions. Selon la loi anticorruption, le corrompu et le corrupteur encourent les mêmes peines. Je crois que la démarche du RENLAC gagnerait à mettre en exergue les 2 acteurs de l’acte de corruption.
Bon courage à tous les acteurs de la lutte contre la corruption.


posté le 25 juillet 2018, par WT

Merci Mr Ka. On ne peut pas passer tout le temps à piéger les gens et vouloir qu’ils soient efficaces. La vie en communauté est faite de consensus.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN