Devant le tribunal
Devant le tribunal : ...d’un coup d’épaule il ouvre la porte de la chambre de Léocadie.  15 juillet
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Malick D., gestionnaire d’entreprise, est poursuivi pour des faits de menaces sous condition, violation de domicile, dégradation de biens et injures à l’encontre de Dame O. Léocadie et son fils. Il en répondait des faits ce mardi 10 juillet 2018 devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Malick D. est en fait le mari de Léocadie. De commun accord, les deux ont décidé, compte tenu de certains aspects, que Léocadie demeure chez elle, et Malick pouvait donc passer de temps en temps, notamment les week-ends.

Sauf qu’entre-temps, la situation est devenue délétère, et le fils de Léocadie, qui est par ailleurs de père différent, a eu à injurier par téléphone Malick, le traitant de fainéant, entre autres. Malick, bien- sûr, s’en offusque. Il lui envoie un message pour lui dire de venir lui demander des excuses en l’espace de 33 jours, cela en compagnie de sa mère.

Ce qui n’est pas fait, cependant. Léocadie, qui était en froid en ces temps avec son mari, ne voulait pas le voir. Elle explique que celui-ci est coléreux, lui envoie des messages la traitant de femme facile, entre autres, et a demandé le divorce, qui n’est pas encore prononcé, par ailleurs.

Pour les faits qui ont eu lieu courant juin dernier, il se trouve que Malick est venue chez Léocadie. Il demande à la bonne si celle-ci est là, et elle lui dit oui. Il va alors vers la chambre, tape à plusieurs reprises, sans pour autant recevoir de réponse. Il revient demander encore à la bonne, qui lui confirme que Léocadie est bien là.
Malick retourne alors vers la chambre et cette fois-ci, c’est par un coup d’épaule qu’il ouvre la porte. Il trouve Léocadie assise en bordure du lit, et viennent ensuite des invectives et des injures. Malick essaie par ailleurs de la frapper avec sa lampe de chevet, mais n’y va pas jusqu’au bout.

C’est suite donc à tout cela que Léocadie a porté plainte. Elle explique qu’elle est fatiguée de supporter les humeurs de Malick, qui passe tout son temps à lui envoyer des messages injurieux, et à lui faire du chantage. Sans oublier qu’elle se sent suivie par des gens à la solde de celui-ci. Elle demande que leur relation s’arrête, que Malick ne vienne plus chez elle, et que le verdict sur le divorce en cours soit prononcé, avant tout.

Malick explique pour sa part qu’il reconnait les injures envoyés par SMS, explique que c’est par panique qu’il a défoncé la porte, car sachant sa femme maladive, surtout que celle-ci venait d’arriver d’un contrôle médical, et enfin, confesse qu’il se sent ridicule devant cette situation. Quant aux 33 jours comme délai, cela ne voulait pas dire qu’il allait faire du mal à qui que ce soit, mais il allait tout simplement rompre les ponts avec le fils de Léocadie en le sevrant de ses faveurs…

Le procureur a requis contre Malick la peine de 18 mois de prison avec sursis. Celui-ci s’en tire avec 12 mois et 600 000 FCFA d’amende le tout avec sursis. Cependant, il doit rembourser la somme de 300 000 FCFA à Dame Léocadie, au titre des frais exposés, comme réclamée par l’avocate de celle-ci, ainsi qu’1F symbolique…

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN