ZoodoInfo
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré   18 juin
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue jeudi dans le quotidien privé L’Observateur Paalga, a déclaré que « Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir (…) et si l’on n’y prend garde, il va revenir ».

« Jusqu’à présent, Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir. Je le connais et je vous le dis. Si l’on n’y prend garde, il va revenir », clame Etienne Traoré dans les colonnes de l’Observateur Paalga du week end.

Dans cette interview de plus de deux pages du quotidien privé, le premier Inspecteur d’Etat (1987-1989) dès l’avènement de Blaise Compaoré au pouvoir, charge son ancien patron.

« Il n’a jamais cessé de comploter et ne mourra que dans le complot. Il ne s’avouera jamais vaincu. Je le connais pour ça (…) Il n’oubliera jamais et sa sœur dit qu’ils font un travail en Côte d’Ivoire », affirme-t-il.

C’est pourquoi, Etienne Traoré dit être hostile au vote des burkinabè de l’étranger.

« Je ne suis pas pour (le vote des Burkinabè en Côte d’Ivoire). Blaise maitrise la situation là-bas. Il a l’argent, il est parti avec des valises d’argent. Il peut acheter les Burkinabè de Côte d’Ivoire », affirme-t-il.

Ancien collaborateur du président Compaoré au lendemain de l’assassinat du président Thomas Sankara, Etienne Traoré, affirme avoir pris ses distances vis-à-vis de lui, pour plusieurs raisons.

D’abord, il affirme qu’en tant que Inspecteur d’Etat, il s’était opposé à l’organisation d’une foire du ministère des Finances qui, de son avis, ne devrait servir qu’à remplir la poche de certaines personnes.

« J’ai dit au président Compaoré que ce n’était pas normal. Il n’était pas content de ma remarque, le ministre Fréderic Korsaga (le ministre des Finances de l’époque) étant un de ses amis », a-t-il déclaré.

Selon Etienne Traoré, ses relations avec l’ancien président Blaise Compaoré se sont « envenimés » notamment sur la chefferie coutumière.

« Je ne voulais pas qu’on les associe à la gestion du pouvoir. Mais Blaise croyait qu’il fallait absolument se lier aux chefs coutumiers. Quand j’allais en mission à l’extérieur, c’est comme si les autorités profitaient de mon absence pour élargir le pouvoir des chefs traditionnels. C’est la même pratique qui a cours aujourd’hui », a-t-il révélé.

De son avis, « il est impossible de faire de la révolution avec ces derniers (chefs coutumiers) car ils sont habitués à (…) bouffer avec ceux qui ont le pouvoir. Je suis peut être d’accord qu’on les nourrisse, mais qu’ils enlèvent leur bouche de la politique, sinon ça va mal se terminer. Et je le redis ici : il ne serait pas bon que l’on constitutionnalise leur rôle ».

Etienne Traoré, selon l’Observateur Paalga, avait promis en 2007 lors d’une interview, de faire un grand déballage sur le dénouement sanglant entre Blaise Compaoré et Thomas Sankara (l’assassinat du second qui a profité au premier) quand il sera dans de meilleures conditions de sécurité.

Près de 4 ans après la chute du président Compaoré, Etienne Traoré estime que le moment n’est pas encore propice pour ce grand déballage.

« On en reparlera un jour. Blaise pense qu’il n’est pas fini, qu’il va revenir gouverner ce pays, et il se prépare. Tous les coups contre le Burkina sont permis à son niveau, à commencer par le terrorisme où il a sa main. Il fera tout jusqu’à la mort pour revenir au pouvoir », précise-t-il.

En attendant le jour de son grand déballage, Etienne Traoré révèle néanmoins, qu’au coup d’Etat de 1987 marqué par l’assassinat du président Sankara, il a été « mis devant le fait accompli ».

« La nuit du putsch, je n’étais pas à la maison. J’ai passé la nuit en ville. Ceux qui en sont les auteurs ont voulu que je rédige leur déclaration. Ce n’est que le lendemain que j’ai appris l’horrible nouvelle quand on est venu me chercher pour rencontrer Blaise Compaoré au Conseil de l’Entente (Bastion du pouvoir à l’époque) », a-t-il déclaré.

De sa rencontre avec l’ancien président, Etienne Traoré affirme que ce dernier « n’était pas triste du tout, contrairement à ce qu’il disait ou laissait penser ». Mieux, « Il rassurait les uns et les autres que la révolution allait se poursuivre », précise-t-il.

Agence d’Information du Burkina

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 17 juin 2018, par Ka

Camarade Traoré, tout président prédateur qui quitte brutalement le pouvoir dans son pays surtout dans le continent Africain, fait tout pour revenir, et Blaise Compaoré fait partie du lot. Le peuple sent toutes les manipulations dont la main de l’introverti Blaise Compaoré est derrière, ‘’’les grèves des syndicats, le terrorisme, la justice qui patine avec des avocats partisans excet….’’’ Mais Blaise doit savoir que si le peuple burkinabé dit que ça ne se fait pas, ça ne se fait pas. Ce même peuple a plus de 60% de nos jours, que ça soit dans les maquis, dans les réseaux sociaux, dans les champs, le crie est de même ‘’’’le président du Faso doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Seules comptent la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement : Et les ruses de Blaise Compaoré avec ses milliards, ne peuvent transpercer ce vouloir du peuple, pour une alternance politique sans la répression et les crimes gratuits.

Le retour de Blaise Compaoré dans son pays est possible, mais ça sera devant la justice pour racheter son honneur et sa dignité. Le pouvoir de nos jour ne s’arrache plus avec des coups d’états a la maternel, mais dans les urnes : Et Blaise Compaoré et sa clive le sait.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Issaka Lingani, entendu pour la publication d’une vidéo (actualisée)
ZOODOONFOS.Issaka Lingani, journaliste et analyste politique a été entendu, ce mardi 18 (...)
Pama-Gayeri : des frappes aériennes de l’armée contre des bases terroristes.
ZOODOACTU.Ceci est communiqué de la direction de la communication et des relations publiques, (...)
Diocèse de Diébougou : l’Eglise paroissale de Dissin profanée...
ZOODOACTU.Les fidèles de la paroisse de Dissin, dans le diocèse de Diébougou, ont été surpris dans (...)
Zones non-loties : 30 % de la superficie de Ouagadougou et 40 % de sa population soit plus de 1 000 000 d’habitants
ZOODOINFOS.Les communes de Saaba, de Koubri, de Pabre, de Konki Ipala, Loumbila, (...)
Devant le tribunal : « c’est le jour de mon anniversaire que j’ai appris à fumer le cannabis »
ZOODOACTU.O. M. était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 18 septembre (...)
Le Caucus des Cadres pour le Changement de l’UPC : " haro sur les OSC ‘’croque-morts’’ "
ZOODOINFOS.Ceci est une tribune du Caucus des Cadres pour le Changement (3C) de l’union pour le (...)
Synthése du conseil des ministres du 19 septembre 2018 :cadrages de la circulation des véhicules poids lourds au centre ville
ZOODOACTU. Le conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 19 septembre 2018, sous la (...)
Brigitte et Emmanuel Macron craquent pour une fillette à l’Elysée !
ZOODOINTER.Le président de la République et son épouse Brigitte Macron auront activement participé (...)
Burkina Faso : Vaincre ou mourir !
ZOODOINFOS.Nos concitoyens continuent de se faire sauvagement abattre. Le dernier forfait en (...)
Kompienga : neuf civils tués par des assaillants
ZOODOACTU.Huit civils ont été abattus tôt samedi par des assaillants à Kompienbiga et à Diabiga, (...)