Devant le tribunal
Devant le tribunal : " tu perdra la vie, si tu raconte à quelqu’un... "  13 juin
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Encore une affaire d ‘arnaque, mais dame S. Ami n’y est pour rien en cela. Elle est accusée pour sa part d’avoir abusé de la confiance de dame Rouamba, qui lui a confié son agence Orange money à gérer, mais se retrouve dépouillée de la somme de 1,310 million FCFA. Dame Ami devait donc en répondre des faits ce mardi 12 juin 2018 devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou…

La prévenue ne nie pas les faits. Elle explique clairement qu’elle a fait la connaissance de Béninois qui viennent dans son agence. Entre-temps, deux d’entre eux lui expliquent qu’elle est une personne de bonne foi, mais il se trouve que beaucoup de gens lui veulent du mal. Ils lui proposent de l’aider à devenir riche, et prennent son numéro de téléphone. Les deux Béninois l’appellent ensuite, lui donnent rendez-vous devant le lycée John Kennedy, la conduisent chez eux et font des rites sur des fétiches, pour après lui dire que si toutefois elle racontait ce qu’elle a vu faire, elle perdrait la vie.
Depuis donc cet entre-fait, Ami est chaque fois sollicitée par ses arnaqueurs qui lui demandent de l’argent. Elle puise alors dans le compte de sa patronne, dame Rouamba, et transfère l’argent dans le compte des Béninois escrocs.

Elle explique qu’elle n’avait pas le choix, parce que ceux-ci lui disaient de garder le silence, sous peine de perdre la vie. Une sorte de chantage, en résumé…

Mais ce n’est pas le seul acte que dame Ami a commis. Car sur le montant de 1,310 million FCFA, elle a remis la somme de 250 000 FCFA à son concubin pour ses fiançailles, communément appelé « Poug poussm » (PPS), en Mooré. C’est la veille de la célébration de ces fiançailles que dame Rouamba, la propriétaire de l’agence, qui est allée pour vérifier son compte à Orange, a constaté que Ami a fait des virements dans son propre compte, pendant qu’elle était en charge de le faire pour d’autres…

Dame Rouamba a tout simplement fait appel à la gendarmerie qui a interpellé Ami, puis, celle-ci a avoué les faits. Sauf que les Béninois sont restés introuvables, depuis lors.
Ami a écopé de la peine e 12 mois de prison avec sursis, et condamnée à rembourser à la victime la somme détournée.

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : « Tu es femme, besoin d’être secouée, appeler au numéro XXX. »
ZOODOACTU.O. Boureima est élève-professeur en Mathématiques et Physique-chimie à l’Institut des (...)
Devant le tribunal : le post vient de Safiatou Lopez…
ZOODOACTU.La citation à comparaître pour diffamation et injures de sieur Jean Marc Bonato, (...)
Devant le tribunal : N. Lazare a vendu la parcelle non-lotie de son bienfaiteur…
ZOODOACTU.Abus de confiance est escroquerie, tels sont les faits reprochés à N. Lazare. Il a (...)
L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave
ZOODOACTU.« On reconnaît l’arbre à son fruit. Tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que (...)
Récit de l’imposition d’une surfacturation par un agent de service public dans le cadre d’une commande publique
ZOODOACTU.Je fais du service traiteur. Une fois un agent du Haut-commissariat m’a contactée en (...)
Procès putsch manqué : l’armée, la cause du malheur du soldat de 2e classe Seydou Soulama
ZOODOACTU.Ce mardi 17 juillet 2018, le sergent-chef Ali Sanou et le soldat de 2e classe Seydou (...)
Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Mathias Tankoano, êlu président .Aziz Bamogo, VP.
ZOODOINFOS.Le collège des conseillers a élu par consensus, Mathias Tankoano, Avocat, Conseiller (...)
Sucres cachés, les aliments à éviter
ZOODOACTU.Véritable menace, le sucre est partout dans notre alimentation. Même là où on ne le (...)
Aperçu des méthodes de contraception et de leurs conséquences sur la santé
ZOODOACTU.Le langage courant désigne sous le terme « contraception » un certain nombre de (...)
Récit d’une offre de rétribution illégale par un enquêté à un agent de la police municipale
ZOODOACTU.Une fois, sur l’avenue Charles de Gaulle, la police municipale m’a arrêté pour (...)