ACTUALITE
Simon COMPAORE : « nous avons franchi le rubicond » et « nous assistons a du sabotage à travers les grèves »  12 juin
Version imprimable de cet article Version imprimable


ZOODOACTU.Dans une interview parue ce lundi dans le journal Sidwaya, le ministre d’Etat Simon Compaoré affirme qu’ « on a franchi le rubicond » avec des appels à « faire chuter le régime (du président du Faso) Kaboré ».

« Aujourd’hui, les mouvements sociaux dépassent le niveau du syndicalisme pur. Il y en a qui ont dit qu’il faut faire chuter le régime Kaboré », lit-on dans les colonnes du quotidien d’Etat Sidwaya qui a publié, ce lundi, une interview du ministre d’Etat Simon Compaoré.

Le Burkina Faso est secoué depuis l’avènement au pouvoir en fin 2015 du président Roch Marc Christian Kaboré, d’une série de grèves et de sit-in embrassant la quasi-totalité des secteurs d’activité du pays.

Pour Simon Compaoré, « nous avons franchi le rubicond » et « nous assistons a du sabotage à travers les grèves ».

Selon lui, « les grèves à répétition (notamment celle des financiers) compromettent la collecte des fonds qui permettent à l’Etat d’assurer ses charges ».

Après deux semaines de sit in, la coordination des syndicats des finances a annoncé une trêve cette semaine pour montrer leur bonne volonté mais projette déjà une nouvelle grève pour le 18 juin prochain en cas de non signature d’accord avec le gouvernement.

« Le durcissement du mouvement nous mène vers un suicide collectif » prévient Simon Compaoré pour qui le gouvernement a « déjà fait des concessions sur les sept points (de la revendication des financiers) ».

Face à la fronde sociale, le gouvernement annonce du 12 au 14 juin prochain, une conférence des Forces vives de la Nation sur la rationalisation du système de rémunération des Agents publics de l’Etat.

Une conférence dont la Coordination des syndicats de la Fonction publique se démarque et annonce en retour un « un sit-in d’avertissement » de 72 heures à partir du 12 juin.

Pour Simon Compaoré, « les absents ont toujours tort » car « la politique de la chaise vide ne sert pas et à la limite, c’est contreproductif ».

De son point de vue, "si nous voulons le bien de ce pays, nous devons nous mettre autour de la table car même dans les guerres, les parties finissent par signer un accord autour de la table".

Agence d’Information du Burkina

Répondre à cet article

 

Il y a 2 commentaire(s) pour cet article

posté le 12 juin 2018, par Ka

Mr. Simon Compaoré, on se connait dans ce pays qui nous a vu tous naître : Nous sommes en face d’une alternance politique offerte dans le sang par une jeunesse qui a dit que rien ne sera plus comme avant : Pour cela, le peuple Burkinabé a besoin d’une gouvernance sans tabou. Malheureusement le constat est clair, la vraie démocratie voulue par cette jeunesse et le peuple est loin d’être porteur des enjeux clairs. Ce qui est sûr Mr. le ministre d’état, ceux qui veulent inconsciemment déstabiliser le pouvoir de Roch Kaboré élu démocratiquement pour son programme, et surtout sa promesse d’éradiquer l’injustice et l’impunité en passant par la corruption, ont trouvé qu’autour du président, il y a que des prédateurs qui font ce qu’ils veulent pour enraciner la continuité du régime Compaoré, et se demandent même si le président et vous-même très soucieux ne sont pas complices de ces prédateurs ? La preuve c’est que beaucoup de promesses lors de la prise du pouvoir du président Roch Kaboré n’ont pas été tenus : A l’exemple de la fermeté sur une justice équitable : Ou vos favoritismes à l’égard de vos amis supposés accusés et justiciables qui sont en libertés excet.. Vous n’aviez pas voulu continuez le travail fait par la transition, et qui était apprécié par le peuple et la jeunesse à 99%.

En conclusion votre laxisme est en rupture idéologique voulu par le peuple avec son insurrection. Oui Mr. Simon Compaoré, s’il y a ces multiples gréves sauvages qui restent des luttes de classe légitimes selon les règlements et les conventions du BIT et l’OTI que nous avons signé, c’est par manque de votre fermeté et votre errance politique très visible. Gérer un pays comme le Burkina dont la vitalité de son syndicalisme est cité comme un exemple du continent, demande d’une gouvernance de rigueur, et du respect. Ayant connu les couloirs de la politique de notre pays depuis son indépendance, et en vous lisant, je trouve que vous êtes comme un enfant qui pleurniche devant ses propres erreurs. Il vous manque de fermeté pour gouverner le Burkina. En vous lisant c’est comme si nous sommes nos propres ennemis, car il vous manque une fermeté politique panaché de la rigueur pour gouverner le pays et le faire avancer. Non ces personnes ne veulent pas déstabilisé le pouvoir de Roch Kaboré, ils veulent simplement vous dire que votre errance politique a assez duré.


posté le 12 juin 2018, par Laure

qu’elle gachie que certain burkinabé ne sache pas donné la priorité a son pays comme il se fait ailleurs. comment le pays peut-il se développé avec de tels agissements a rèpétitions. des grèves par ci des grèves par là . c’est de l’égoisme au détriment de la majorité des Burkinabés. je demande a madame la ministre de l’économie de cherché les moyens pour remplacer tout ces grévistes qui paralyse le développement du pays. si c’était Sankara il auraient déjà été remplacer. bon courage au gouvernement,et vive les dignes fils et filles du Burkina faso.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Issaka Lingani, entendu pour la publication d’une vidéo (actualisée)
ZOODOONFOS.Issaka Lingani, journaliste et analyste politique a été entendu, ce mardi 18 (...)
Pama-Gayeri : des frappes aériennes de l’armée contre des bases terroristes.
ZOODOACTU.Ceci est communiqué de la direction de la communication et des relations publiques, (...)
Diocèse de Diébougou : l’Eglise paroissale de Dissin profanée...
ZOODOACTU.Les fidèles de la paroisse de Dissin, dans le diocèse de Diébougou, ont été surpris dans (...)
Devant le tribunal : « c’est le jour de mon anniversaire que j’ai appris à fumer le cannabis »
ZOODOACTU.O. M. était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 18 septembre (...)
Burkina/Putsch manqué : le capitaine Abdoulaye Dao aurait joué un rôle crucial dans la prise du pouvoir
ZOODOINFOS.Absent de Ouagadougou, dès les premières heures du putsch manqué du 16 septembre 2015, (...)
Brigitte et Emmanuel Macron craquent pour une fillette à l’Elysée !
ZOODOINTER.Le président de la République et son épouse Brigitte Macron auront activement participé (...)
Affectation au niveau de l’administration policière : l’UNAPOL demande aux policiers et policières de redoubler de vigilance...
ZOODOACTU. Ceci est un communiqué de l’UNAPOL, au sujet des mouvements dans l’administration . La (...)
Synthése du conseil des ministres du 19 septembre 2018 :cadrages de la circulation des véhicules poids lourds au centre ville
ZOODOACTU. Le conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 19 septembre 2018, sous la (...)
Burkina Faso : Vaincre ou mourir !
ZOODOINFOS.Nos concitoyens continuent de se faire sauvagement abattre. Le dernier forfait en (...)
Conseil des ministres du 19 septembre 2018 : de vastes nominations
ZOODOINFOS.Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 19 septembre 2018, en (...)