ACTUALITE
Santé au Burkina Faso : des tradipraticiens ou des affairistes dans nos rues ?   10 mai
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Potions médicinales, décoctions dans de petits flacons, poudres, mégaphones ou poussette à la main, on les croise dans les rues et dans les marchés à Ouagadougou et un peu partout. Eux, ce sont les « supers docteurs » ou disons, les soi-disant tradipraticiens. Avec ces derniers, il n’est point étonnant d’entendre qu’ils réussissent là où la médecine classique à échouer. Ils soignent les hépatites, la fièvre jaune, le zona, les toux, le paludisme, les hémorroïdes, sinusites, impuissances sexuelles masculines, drépanocytose, le diabète… Certains même insinuent avoir le remède contre le VIH. Si cette liste méritaient qu’on applaudisse le génie créateur de nos guérisseurs, une petite logique nous interpelle, vu leur nombre de plus en plus florissant.
En effet, même s’il est indiscutable et avéré les vertus salvatrices de cette médecine, il y a lieu de s’inquiéter des dérives qu’elle pourrait engendrer. Disons-nous la vérité, ces « médicaments soignent tous » dont on nous fait les promotions exacerbées nécessitent un suivi de la part de nos autorités. Il ne faudrait pas donner une brèche à quelques délinquants reconvertis, d’achever nos malades ou d’accélérer leur mal sous le regard naïf de nos populations et sous l’assistance muette de nos autorités.
Pour sûr, vu l’ampleur que prend ce business, permettez de suspecter que certains de ces produits ne soient que le fruit d’une pure imagination germée dans un esprit de gain facile et de simple escroquerie. On abuse tout simplement des malades. Dans nos rues, il est très difficile de reconnaitre de nos jours qui vend un bon produit et qui est légalement administré pour cette pratique.
Le plus écœurant, c’est la tournure vicieuse que prend ce nouveau commerce. Tenez-vous bien, vous remarquerez sur les réseaux sociaux, au niveau des feux tricolore ou sur les espaces publics, des affiches peu reluisantes, de type « pommade pour faire grossir le sexe », ou pour « faire grossir les fesses ou les seins »… On ne doute point de la volonté et de la liberté de certains citoyens à corriger des imperfections physiques. Et d’ailleurs, nous ignorons également les vertus de ces pommades dites grossissantes pour qui tient à allonger son phallus ou pour qui tient à avoir des collines à la place des fesses ou des seins, mais ce qui est inquiétant, c’est l’extravagance et la perversité avec lesquelles on expose ces faits dans un pays comme celui des hommes intègres. Pensons à tous ces enfants. Pensons à tous ces élèves qui dans nos rues ou marchés cohabitent avec ces types d’affiches ou d’annonces. Quelle influence ? A vous d’imaginer. A nous d’imaginer.
La politique nationale en matière de médecine et pharmacopée adoptée en 2004 par l’Etat Burkinabè est assez précises. Elle est basée sur la nécessaire collaboration entre médecine traditionnelle et médecine moderne pour la couverture des besoins sanitaires de la population. Cette collaboration est-elle maintenue et suivie avec rigueur ? A ces dispositions s’ajoute deux décrets règlementant le secteur de la médecine au Burkina : un décret portant condition d’exercice de la médecine et pharmacopée traditionnelles au Burkina et une autre portante autorisation de mise sur le marché des médicaments traditionnels. Qu’en est-il de toutes ces dispositions ?
Nous interpellons les autorités pour qu’elles se penchent d’avantage sur le sujet. Comme le dirait quelqu’un, « on ne joue pas avec la santé ».

Hermann Guingané

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 10 mai 2018, par mki

Merci d’avoir soulevé ce problème social. cela devient vraiment inquiétant, chaque jour il y a au moins 10 vendeurs ambulants qui passent chez moi avec "ces produits qui soignent tout". Il faut réglementer le secteur et vite.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : « Tu es femme, besoin d’être secouée, appeler au numéro XXX. »
ZOODOACTU.O. Boureima est élève-professeur en Mathématiques et Physique-chimie à l’Institut des (...)
Devant le tribunal : le post vient de Safiatou Lopez…
ZOODOACTU.La citation à comparaître pour diffamation et injures de sieur Jean Marc Bonato, (...)
Devant le tribunal : N. Lazare a vendu la parcelle non-lotie de son bienfaiteur…
ZOODOACTU.Abus de confiance est escroquerie, tels sont les faits reprochés à N. Lazare. Il a (...)
L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave
ZOODOACTU.« On reconnaît l’arbre à son fruit. Tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que (...)
Récit de l’imposition d’une surfacturation par un agent de service public dans le cadre d’une commande publique
ZOODOACTU.Je fais du service traiteur. Une fois un agent du Haut-commissariat m’a contactée en (...)
Procès putsch manqué : l’armée, la cause du malheur du soldat de 2e classe Seydou Soulama
ZOODOACTU.Ce mardi 17 juillet 2018, le sergent-chef Ali Sanou et le soldat de 2e classe Seydou (...)
Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Mathias Tankoano, êlu président .Aziz Bamogo, VP.
ZOODOINFOS.Le collège des conseillers a élu par consensus, Mathias Tankoano, Avocat, Conseiller (...)
Sucres cachés, les aliments à éviter
ZOODOACTU.Véritable menace, le sucre est partout dans notre alimentation. Même là où on ne le (...)
Aperçu des méthodes de contraception et de leurs conséquences sur la santé
ZOODOACTU.Le langage courant désigne sous le terme « contraception » un certain nombre de (...)
Récit d’une offre de rétribution illégale par un enquêté à un agent de la police municipale
ZOODOACTU.Une fois, sur l’avenue Charles de Gaulle, la police municipale m’a arrêté pour (...)