Devant le tribunal
Devant le tribunal : 10 ans de prison ferme pour le président de l’association Ti Manu...  14 mars
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.10 ans de prison ferme et des dommages et intérêts de 90 millions FCFA à payer à sa victime, ceci avec exécution provisoire, ainsi en a décidé le Tribunal de grande instance de Ouagadougou après les débats, ce 13 mars 2018. En effet, sieur V. Adama, âgé de 45 ans environ et père de 09 enfants, a été condamné à ces différentes peines pour escroquerie, et la victime est sieur K. Bachirou, commerçant de son Etat...

Il faut signaler de prime abord que le prévenu, V. Adama, n’est pas à ses premiers forfaits, parce que, comme lui-même le déclare au tribunal, il a été condamné en 2012 à une peine de prison ferme de 18 mois, pour des faits similaires, et est sorti de prison grace à la semi-liberté accordée à tous ceux qui auront purgé la moitié de leur peine et qui se seront bien comportés...

En ce qui concerne les faits, Sieur Bachirou, commerçant, voit un jour, en l’an 2013, un appel d’offres portant sur la livraison de 5 000 charrues d’agriculture. Il y souscrit et arrive à passer, et, en est attributaire.

Il va ensuite voir Adama, le prévenu, pour en savoir davantage sur les modalités de ses recouvrements. Il est mis en assurance par celui-ci qui lui dit que ce sont des partenaires locaux et étrangers qui financent et qu’il n’y a pas de problème, quant au recouvrement des sous.

Bachirou explique qu’il est allé chercher 1000 charrues à Bobo-Dioulasso, pour les amener à Ouagadougou, et ensuite, pour la ville de Koupéla, cela à ses propres frais, car le prévenu lui avait donné un mois comme délai, sous peine d’être sous pénalité. Cette livraison s’est passée sous forme d’une cérémonie grandiose où certaines autorités étaient présentes, ainsi que des médias.

Après avoir livré les charrues à Koupéla, et de retour, Adama dit alors à Bachirou de verser la somme de 10 millions FCFA comme caution, selon les clauses du contrat, ce qui lui permettra d’entrer en possession de ses fonds, qui sont de 80 millions FCFA pour les 1000 charrues, cela dans un laps de temps. Il lui explique aussi de laisser la production des autres 4 000 charrues restantes, en attendant que les sous rentrent.

Les deux s’arrêtent à Zorgho, et Bachirou lui verse la somme qu’il met dans un compte bancaire dans la ville de Zorgho.

C’est de là que commencent le calvaire de Bachirou, qui explique que depuis ce temps, soit en 2013, il a fait des mains et des pieds pour avoir ses 90 millions FCFA, parce que lui aussi s’est endetté auprès d’autres personnes. Les chèques émis par Adama, le prévenu, étaient tous sans provision...

Près de 8 chèques, si bien qu’il a décidé de porter plainte... Il dit qu’à n’importe quelle heure, il se rendait chez le prévenu, et cite même 3 h du matin, entre autres heures... Comme anecdote, il raconte que lors d’une de ses visites au bureau du prévenu, celui-ci lui a demandé s’il avait un sac pour y mettre l’argent. Il sort alors dare-dare en acheter sur les abords de la voie, et se voit remettre encore un chèque, qui, de surcroît, ne passera pas en banque, car toujours pas de provision...

Le prévenu, V. Adama, explique qu’il comptait sur la récolte des agriculteurs pour payer Bachirou... Selon ses explications, il sont une association qui lutte contre la pauvreté en milieu rural. Cette association travaille avec des groupements et des personnes physiques. L’association livre des charrues aux groupement d’agriculteurs pour la somme de 2,5 millions FCFA, et pour un individu, à 25 000 FCFA.

La charrue, cependant, coûte 80 000 FCFA l’unité. Ce qui veut dire que l’association perd 55 000 FCFA qu’elle doit chercher à combler...

Le prévenu exploque que pour boucher cette perte, les agriculteurs, qui cultivent essentiellement du sésame, lui donnent leur récolte qu’il revend à des partenaires, ce qui comble ainsi les trous de déficit...

Sauf qu’en fait, il n’y a pas de partenaires en tant que tel, puisque rien ne se pointait à l’horizon pour Bachirou...

Depuis donc 2013, jusqu’en cette année 2018, celui-ci n’a reçu aucun centime...

Comble du malheur, la secrétaire de Adama, qui était dans la salle d’audience, est venue aussi avec un chèque sans provision de plus de 1,5 millions FCFA que celui-ci lui a donné pour payer ses arriérés de salaire, mais rien. Si bien que le Tribunal a demandé au prévenu que même avec ses employés, il n’est pas capable d’être réglo...

En tous les cas, le procureur a requis contre lui la peine de prison ferme de 5 ans, même s’il est en prison depuis près de 3 ans. Le Tribunal, pour sa part, l’a condamné à une peine de 10 ans de prison ferme, ainsi qu’à des dommages et intérêts de 90 millions FCFA à payer à la victime...

Outre cela, il se trouve que sieur Adama est encore poursuivi pour les mêmes faits par une autre personne, S. Boukary, et cette audience est prévue pour ce 03 avril prochain...

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

Il y a 2 commentaire(s) pour cet article

posté le 14 mars 2018, par lewang

Comme ça là s’il n’est pas à mesure de payer on fait quoi ? vente de ses biens ! et s’il n’en possède pas ? SVP question de profane


posté le 14 mars 2018, par ouedraogo salif

C’est comme çà que les associations fonctionnent au BURKINA FASO.
Mefiez-vous surtout des associations ou il y a une sou-traitance avec les grandes ONG ; les agents travaillant pour le compte des association souffrent. Surtout les associations qui prennent l’argent des ONG pour la mise en oeuvre terrain c’est un calvaire pour les agents qui y travaillent. On recrute e la copine qui est coordonnatrice ; l’enfant de l’ami qui est comptable et bonjour les dégâts


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : le douanier et le commerçant .Qui a fait quoi ?
ZOODOACTU.C’est dans une salle d’audience remplie de douaniers et de commerçants que le procès (...)
Devant le tribunal : " tu perdra la vie, si tu raconte à quelqu’un... "
ZOODOACTU.Encore une affaire d ‘arnaque, mais dame S. Ami n’y est pour rien en cela. Elle est (...)
Rémunération des agents publics : " diplôme, durée de la fonction, niveau et pénibilité du service public en cause "
ZOODOINFOS.la conférence des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents (...)
Conférence des forces vives sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat : les rapports et les recommandations
ZOODOACTU.Conférence des forces vives sur la rationalisation du système de rémunération des agents (...)
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Maître Anta Guissé, l’avocat de l’Etat burkinabè : " le dossier est loin d’être vide "
ZOODOINFOS.Une extradition ou non ? La justice française n’a pas encore tranché sur le sort de (...)
Pourquoi les paupières tremblent parfois ?
ZOODOACTU.Avez-vous déjà souffert d’un blépharospasme ou d’une fasciculation de la paupière ? (...)
Un recrutement de personnels d’appoint notamment les retraités et les volontaires pour la continuité du service public
ZOODOACTU.Le conseil des ministres s’est tenu ce lundi 18 juin 2018 sous la présidence de Roch (...)
Devant le tribunal : brouilles entre un chirurgien-dentiste et sa secrétaire-comptable
ZOODOACTU.K. Yolande est poursuivie pour des faits de faux, d’usage de faux et d’abus de (...)