Devant le tribunal
Devant le tribunal : ...250 000 FCFA pour désintéresser le gendarme  25 février
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.N. Hamado et C. Seydou dit Bouba sont poursuivis pour escroquerie par usage de faux, fausse qualité, au détriment de Thérèse O., la victime...Ils en répondaient des faits ce 23 février 2018 devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou...

Les faits, selon la victime, est que son mari, Jules, a été entre-temps interpellé par la gendarmerie de Boulmiougou pour une affaire portant sur une parcelle. Elle est allée un jour lui donner à manger, pendant sa garde à vue, et, de retour, elle reçoit un appel émanant de Bouba. Celui-ci lui explique qu’il va falloir réunir la somme de 250 000 FCFA pour pouvoir libérer son mari, cela en essayant d’intéresser le gendarme en charge de l’enquête. Elle répond que sur le champ qu’elle ne le peut pas. C’est le lendemain qu’elle va ensuite voir ses amies de tontine pour réunir la somme et revenir vers Bouba.

Il se trouve que Jules, le mari de Thérèse, n’était pas le seul concerné par cette affaire de parcelle. Il y a un autre, David N., mais celui-ci avait eu le temps de prendre la fuite. Depuis son lieu de cavale, il appelle d’abord Hamado, et lui dit qu’un certain Diallo demande la somme de 500 000 FCFA pour ensuite étouffer l’affaire à la gendarmerie. Il lui dit d’en faire cas à dame Thérèse, pour verser la moitié de la somme. Pendant ce temps aussi, David avait eu le temps d’appeler son frère, Dramane, et lui a dit de réunir aussi le montant de 250 000 FCFA pour désintéresser le gendarme en charge de l’affaire.

Ce qui revient à dire que c’est au total 500 000 FCFA qui devait être reversé à l’enquêteur, et que chaque partie devait débourser la somme de 250 000 FCFA.

L’argent est remis ensuite à Dramane, près de la gendarmerie, pour Diallo, qui était par ailleurs absent. Plus tard, Dramane raconte aux autres qu’il a remis la somme à Diallo, qui était en compagnie de Hamado, ce jour-là...

Le temps passe donc, et dame Thérèse ne voit rien venir. Elle essaie d’en savoir plus, et elle apprend de Bouba que Diallo a dit qu’il n’a reçu que 250 000 FCFA, cela pour le compte de David seul. Donc son mari n’est pas concerné...Elle explique l’affaire à sa fille, qui est revenue de l’étranger et qui doit repartir, et celle-ci propose de lui ajouter 100 000 FCFA qu’elle avait gardé pour ses papiers, mais va les lui donner pour renégocier...
La fille de Thérèse, à l’insu de sa mère, va alors à la gendarmerie et se plaint du fait que l’on ait pris 250 000 FCFA sans pour autant libérer son père depuis lors.

Dans la soirée, dame Thérèse va donner à manger à son mari. C’est là qu’un gendarme lui dit que sa fille est venue se plaindre et qu’il va falloir qu’elle retrouve ceux qui ont commis cette affaire...

C’est donc ce qui a envoyé les deux prévenus devant le tribunal...

C’est l’avocate de Hamado, Me Flore Kafando, qui est venu décanter la situation. Elle explique qu’en fait, David, qui est en cavale, a été contacté par Diallo, pour lui trouver la somme de 500 000 FCFA et taire l’affaire de parcelle. A son tour, David appelle Hamado, pour lui dire d’expliquer les choses à Dramane, qui est son frère, et à dame Thérèse, et que chaque partie doit payer 250 000 FCFA.

Hamado n’a donc fait qu’exécuter ce que David lui a demandé, parce qu’il n’est pas bénéficiaire de l’argent puisque tout a été remis à Dramane pour Diallo. En ce qui concerne la procédure pour taire l’affaire, Hamado n’en sait rien, ni son co-prévenu, Bouba, non plus... Donc, il ne peut y avoir d’escroquerie en la matière...

Ce qui fait dire à Me Kafando qu’il n’y a pas d’intention coupable de la part de Hamado, qu’elle défend, par ailleurs.

Dame Thérèse, qui a payé la somme de 250 000 FCFA, explique ensuite que les amis de Bouba sont venus lui rembourser le montant et lui demander de retirer sa plainte, ce qui a été fait par ailleurs...

Sermon du Procureur, qui explique aux deux personnes, Dramane et dame Thérèse, que ce n’est pas ainsi que l’on fait libérer les gens, et que c’est illégal. Il leur dit par ailleurs que tout se passe à la justice. Car avec toutes ces dépenses, David et Jules ont néanmoins été déférés devant le parquet et ont été jugés et relaxés rien que la semaine passée...

Au finish, les deux prévenus ont été relaxés au bénéfice du doute par le tribunal...

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : le douanier et le commerçant .Qui a fait quoi ?
ZOODOACTU.C’est dans une salle d’audience remplie de douaniers et de commerçants que le procès (...)
Devant le tribunal : " tu perdra la vie, si tu raconte à quelqu’un... "
ZOODOACTU.Encore une affaire d ‘arnaque, mais dame S. Ami n’y est pour rien en cela. Elle est (...)
Conférence des forces vives sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat : les rapports et les recommandations
ZOODOACTU.Conférence des forces vives sur la rationalisation du système de rémunération des agents (...)
Rémunération des agents publics : " diplôme, durée de la fonction, niveau et pénibilité du service public en cause "
ZOODOINFOS.la conférence des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents (...)
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Maître Anta Guissé, l’avocat de l’Etat burkinabè : " le dossier est loin d’être vide "
ZOODOINFOS.Une extradition ou non ? La justice française n’a pas encore tranché sur le sort de (...)
Pourquoi les paupières tremblent parfois ?
ZOODOACTU.Avez-vous déjà souffert d’un blépharospasme ou d’une fasciculation de la paupière ? (...)
Les soldats de la paix du Burkina Faso sauvent des vies au Mali
ZOODOACTU.Ce 8 juin 2018, les soldats de la paix burkinabé se préparent à s’acquitter de leurs (...)
Situation nationale : les évêques invitent à avoir le sens du bien commun.
ZOODOINFOS.En Assemblée générale ordinaire à Ouagadougou, les évêques de la Conférence épiscopale (...)