ACTUALITE
Ce que la CODER est allé dire à Koudougou.  14 février
Version imprimable de cet article Version imprimable


ZOODOACTU.Le dimanche 11 février 2018, la CODER a effectué une sortie à Koudougou pour échanger sur la réconciliation nationale avec des populations de la Province du Boulkiemdé. Ce déplacement faisait suite aux sollicitations de ces populations qui voulaient s’imprégner du processus de réconciliation nationale engagé par la CODER depuis sa création.
Maitre Hermann YAMEOGO, originaire de la ville et dont le parti, l’UNDD, assure la présidence de la Coalition avait souhaité une large participation des populations à la rencontre. Malheureusement, le Maire de la ville a interdit la diffusion des communiqués d’informations de la rencontre. Mais qu’à cela ne tienne, le message d’espoir de la venue de la CODER a passé.
La délégation de la CODER conduite par le Premier Vice-Président de l’UNDD Monsieur Amadou DABO, est arrivée à Koudougou aux environs de 11 heures 30 minutes. Elle a d’abord rendu une visite de courtoisie aux autorités coutumières.
A l’étape du domicile du Lallé Naba, les chefs coutumiers ont salué la démarche constructive de la CODER d’œuvrer pour la Nation entière. Ils ont en outre souhaité que la Coalition soit l’intercesseur des populations de la ville auprès des hautes autorités pour la remise en service de Faso Fani de Koudougou au lieu de la construction d’une nouvelle usine textile à Ouagadougou.
Le Tengsoba, accompagné également de sa cour, a salué la noblesse des objectifs de la CODER. Le chef de terre a rappellé la nécessité de la cohésion entre les filles et les fils de Koudougou et son souhait de l’élargissement des enfants de la ville actuellement maintenus dans les liens de la détention.
Au nom de sa délégation, le Président Amadou DABO a remercié chacune de ces personnalités et a sollicité leur accompagnement pour l’aboutissement heureux du processus de réconciliation nationale que la CODER recherche. En retour, les illustres personnalités l’ont assuré de leur accompagnement.
C’est donc regaillardi que la délégation s’est rendue dans la salle de réunion de la Direction Régionale de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation du Centre Ouest (DREBA-CO) pour la rencontre. Elle eut l’agréable surprise de trouver une salle comble d’environ 600 personnes qui attendaient patiemment au son de l’animation d’un artiste de musique traditionnelle. Au regard de la grande affluence, la rencontre a immédiatement commencé.
Tour à tour, les Présidents des partis et les premiers responsables des OSC membres de la CODER se sont adressés aux populations pour parler de l’objet des échanges et saluer la forte mobilisation qui dénote de leur intérêt pour la paix et la réconciliation nationale.
Les populations ont unanimement félicité la CODER pour l’initiative des échanges de proximité qu’elle a engagés avec les populations de l’intérieur du pays. Durant près de deux heures, les débats ont porté sur des thèmes divers comme la justice, la cohésion sociale, la paix et bien sûr la réconciliation nationale. Des réponses satisfaisantes ont été données aux préoccupations exposées. A la fin des échanges, les populations ont exprimé toutes leurs reconnaissances à la CODER pour les éclairages fournis et ont invités les partis et OSC membres à demeurer unis pour affronter les échéances électorales futures.
Avant de mettre fin aux échanges, le Chef de la délégation a tenu à remercier encore une fois les populations de la provinces pour leur hospitalité, tout en les invitants à maintenir la cohésion sociale dans la ville pour espérer gagner le combat du développement.
La délégation a quitté Koudougou aux environs de 16 heures 30 minutes.
LE COMITE D’ORGANISATION

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 14 février 2018, par Ka

Je remercie le maire de Koudougou pour sa clairvoyance : ‘’’Lorsqu’on fait ce que ces gens ont fait à ce pays sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour des intérêts particuliers avant le 31 Octobre 2014, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui arrive maintenant n’est que la récolte naturelle des semences de ces personnes figurants sur cette photo.’’’

Venir dans une ville comme Koudougou ou tout le monde sait que toutes les manipulations de diviser pour régner égoïstement survenues dans notre pays depuis les 30 dernières années viennent de Hermann yaméogo fils de Boulkiemdé et son ami Gilbert Ouédraogo, on s’abstient de les recevoir à bras ouvert pour une affaire de réconciliation sans justice.

La réconciliation est l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte, et non la manipulation des individus comme vous du CODER qui refusent l’alternance politique et t veulent se présenter comme des anges, pourtant des pyromanes d’hier.

Votre affaire de "réconciliation démagogique instrumentale" c’est de la foutaise. La réconciliation ne se décrète pas, c’est une affaire qui est dans le cœur de chacun : Et cette reconcialiation qui se trouve dans le cœur de chaque Burkinabé, viendra naturellement si tous les criminels sont jugés pour soulager les familles des victimes.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN