ACTUALITE
« Consommons local » : la première édition est prévue du 19 au 25 février 2018  13 février
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.L’association « Burkina Wa-Mêdo » organise du 19 au 25 février 2018, la première édition du « consommons local » à la maison du peuple. L’activité est placé sous le thème « Consommation locale et création d’emploi : Stratégies et engagements nationaux pour la dynamisation du secteur de productivité ». L’annonce a été portée à la connaissance des hommes et femmes de médias, au cours d’une conférence de presse tenue le lundi 12 février 2018 dans la capitale burkinabè.

Cette première édition est placée sous le patronage du Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. La présidence est assurée par le Ministre de la jeunesse, de la Formation et de l’insertion Professionnelle, tandis que le parrainage revient au Président de la délégation consulaire.
Le but de cette conférence de presse ce lundi 12 février 2018, est de rassurer l’ensemble des Burkinabè, les exposants, les sponsors et les partenaires de la tenue effective de la première édition du « consommons local ». Malgré les difficultés, diront les organisateurs, « la chose est fin prête ».
Au programme de cette première édition, il est prévu l’ouverture officielle du Burkin’Daaga où seront exposés les produits locaux issus des différents secteurs d’activités le 19 février 2018 à 15 heures à la maison du peuple. L’autre activité phare prévue est le panel-débat, qui réunira différents acteurs au Conseil burkinabè des Chargeurs le 21 Février à partir de 8 heures. A ce panel, quatre communications seront données par des experts issus des institutions étatiques et privées.
Vu que l’activité est organisée en marge d’Africalia 2018, le comité d’organisation prévoit la visite des participants d’Africalia à son Burkin’ Daaga, chose qui permettra aux étrangers de découvrir les produits made in Burkina Faso et pourquoi pas permettre aux différents exposants de nouer des contacts d’affaire avec les chefs d’entreprises et hommes d’affaires étrangers participants à Africalia 2018.
Le président du Comité d’organisation, Moumouni Dallia, tout en remerciant les différents partenaires, la Chambre de Commerce et d’Industrie et l’ensemble des Délégations Consulaires Régionales, et leurs sponsors que sont CIMFASO et Coris Bank International, a surtout invité les burkinabè à ne pas manquer le rendez-vous.

« Sauver le Faso Dan Fani »

« Burkina Wa Mêdô » n’a pas pu rester silencieux face aux difficultés qu’encourent la faitières des tisseuses du Burkina Faso. « Permettez-nous de donner notre point de vue sur la décision peu orthodoxe de l’ex ministre de la femme d’autoriser l’importation des pagnes du 8 mars », c’est sur ces mots que Moumouni Dialla introduira le sujet. Cette attitude de l’ex ministre de la femme, soutient-il, va à l’encontre de l’esprit du port du Faso Dafani, notre identité culturelle comme le pagne officiel de 8 mars adopté par les autorités de la Transition politique.
Pour l’Association, à travers cette décision, l’ex ministre n’a pas évalué les conséquences économiques sur le plan interne. De nos jours, avance-t-il, on dénombre plus de 40 motifs de pagnes sur le marché. Ces pagnes, fait-il remarquer, viennent plomber les efforts de nos braves femmes tisseuses.
Le président de l’Association, Ibrahim Ouédraogo, en tant premier responsable de l’organisation et au nom de ses collaborateurs, à l’occasion, n’a pas manqué surtout de marquer leur solidarité à l’ensemble des vaillantes tisseuses du Burkina Faso. Les femmes peuvent donc compter sur Burkina Wa-Mêdô pour les futures luttes, fait-il savoir. Par ailleurs, la structure dénonce les dérives liées à la célébration de la fête de 8 mars, et invite par conséquent les femmes à orienter objectivement et responsablement leurs actions au cours de cette journée.
En outres, l’association interpelle le gouvernement à se pencher sérieusement sur ce phénomène d’importation des pagnes et à soutenir les tisseuses à travers des subventions. « Une femme épanouie socialement et économiquement, c’est toute une famille prospère » conclura Moumouni Dialla.

Hermann Guingané

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : « Tu es femme, besoin d’être secouée, appeler au numéro XXX. »
ZOODOACTU.O. Boureima est élève-professeur en Mathématiques et Physique-chimie à l’Institut des (...)
Devant le tribunal : le post vient de Safiatou Lopez…
ZOODOACTU.La citation à comparaître pour diffamation et injures de sieur Jean Marc Bonato, (...)
Devant le tribunal : ...d’un coup d’épaule il ouvre la porte de la chambre de Léocadie.
ZOODOACTU.Malick D., gestionnaire d’entreprise, est poursuivi pour des faits de menaces sous (...)
Sécurité routière : un mort sur la route du SIAO
ZOODOACTU.Il était 11h, ce dimanche 15 juillet 2018, quand un véhicule Toyota V6 à vive allure ( (...)
Burkina Faso : le procès des demi-dieux
ZOODOINFOS.Le feuilleton judiciaire du putsch de septembre 2015 se poursuit ce lundi, 16 (...)
France – Croatie : ce que va gagner l’arbitre de la finale du Mondial
ZOODOACTU.Plus modestement bien sûr que les joueurs, Néstor Pitana est une autre star de la (...)
Devant le tribunal : N. Lazare a vendu la parcelle non-lotie de son bienfaiteur…
ZOODOACTU.Abus de confiance est escroquerie, tels sont les faits reprochés à N. Lazare. Il a (...)
L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave
ZOODOACTU.« On reconnaît l’arbre à son fruit. Tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que (...)
Procès putsch manqué : l’armée, la cause du malheur du soldat de 2e classe Seydou Soulama
ZOODOACTU.Ce mardi 17 juillet 2018, le sergent-chef Ali Sanou et le soldat de 2e classe Seydou (...)
Récit de l’imposition d’une surfacturation par un agent de service public dans le cadre d’une commande publique
ZOODOACTU.Je fais du service traiteur. Une fois un agent du Haut-commissariat m’a contactée en (...)