Devant le tribunal
Devant le tribunal : " c’est lui qui la lavait et l’emmenait à l’école, entre autres choses..."  28 janvier
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.K. Aimé est âgé de 24 ans, est élève et est poursuivi pour des faits de viol aggravé sur la personne de N. Cynthia, une mineure de 11 ans, et qui fait la classe de Cours moyens deuxième année (CM2). Il en répondait des faits devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, ce vendredi 26 janvier 2018.

La victime, qui n’était pas présente, par ailleurs, était représenté par sieur Nana, son père. L’histoire est que K. Aimé, le prévenu, vit avec sieur Nana, son tuteur, depuis plus de 8 ans. Et c’est lui qui s’occupe de la fillette, depuis lors, cela pendant qu’elle faisait la classe de Cours préparatoires deuxième année (CP2).

Comme lui-même l’explique à la barre, c’est lui qui la lavait et l’emmenait à l’école, entre autres choses. Donc, depuis ce temps, jusqu’à la classe de CM2, c’est lui qui assistait la fillette...

Le hic est qu’ensuite, sieur Nana, le père de la fillette, a constaté qu’elle était enceinte. Et il se trouve que c’est le prévenu, K. Aimé, qui en est l’auteur, après pression sur la fillette qui a tout déballé.

Le prévenu explique qu’il n’a pas forcé la fillette, mais qu’une idylle est née entre eux, et il lui a promis le mariage, avant de la toucher. Outre cela, il déclare que c’est quand celle-ci était en classe de CM1 qu’il a commencé à avoir des rapports sexuels avec celle-ci. Cependant, le père raconte que c’est depuis que la victime faisait la classe de CP2. Ce qui veut dire que celle-ci n’avait que 7 ou 8 ans, approximativement...

Le père, qui ne voulait pas que cette affaire s’ébruite, a tenu à parler au tribunal le plus bas possible, tellement il était déprimé. Le tribunal l’a compris dans ce sens, déjà que dès le départ, il demandait un huis clos. Le tribunal a jugé qu’il n’en valait pas la peine, puisque la victime n’était pas présente et ne pouvait être étiquetée. Outre cela, le Tribunal explique que ces genres de procès viennent aussi en conseils pour les gens présents dans la salle d’audience, cela comme une sensibilisation à ne pas commettre des actes du même genre...

Le père de la victime, pour sa part, ne réclame rien. Le Procureur, dans sa réquisition, a demandé la peine de 5 ans ferme contre le prévenu. K. Aimé a finalement été condamné à la peine de 24 mois de prison ferme par le tribunal...


Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN