ACTUALITE
Situation nationale : Maxime KABORE, appelle à un rassemblement pour le développement  12 janvier
Version imprimable de cet article Version imprimable


ZOODOACTU. A l’occasion de la nouvelle année 2018, je voudrais d’abord, au nom du Parti indépendant du Burkina (PIB), avoir une pensée particulière pour ceux qui ont perdu un être cher courant l’année 2017 et souhaiter prompt rétablissement à tous ceux ou celles qui souffrent encore dans leurs corps. Que Dieu les console !
Aujourd’hui, le monde entier fait face à des défis de tous ordres. Concurremment, les nations avancent à géométrie variable, vers l’innovation pour les unes, la créativité pour les autres, l’excellence et la perfection pour certaines autres. Pendant ce temps, chez nous, on passe plus de temps à polémiquer qu’à penser un autre Burkina ; un Burkina qui avance suivant une vision nouvelle. Dans une telle situation, chaque Burkinabè, de quelque bord politique qu’il soit, a une part de responsabilité. Chacun devrait donc faire des concessions ; lâcher du lest pour un Burkina Faso plus dynamique sur les chantiers du développement. Il est aujourd’hui impérieux de solder le passé et faire le pas décisif vers une nouvelle ère, un nouveau contrat social fondé sur la confiance mutuelle et débarrassé de toute idée de vengeance.
Le Parti indépendant du Burkina reste convaincu que l’ouverture de cette nouvelle page vierge au Burkina Faso est la condition sine qua non pour rejoindre le concert des nations en pleine mutations.
La justice classique qui a beaucoup perdu du crédit aux yeux de nos concitoyens ne pourra pas trancher en toute impartialité et vider le contentieux national, ni aujourd’hui, ni dans dix ou vingt ans. Pourtant, nous ne pouvons pas continuer à patauger dans un statut quo qui prend en otage le développement. D’où la nécessité d’un consensus national dont la feuille de route pourrait sortir d’un forum national à l’initiative des autorités politiques au pouvoir.
Pour réussir un tel projet, il est important que chaque Burkinabè ait un sens élevé de la responsabilité, de la probité et du respect de l’autorité. Nous devons tous comprendre, une fois pour toutes, que l’Etat de droit nous impose le respect de l’autorité, qui, à son tour, devrait faire de l’égalité entre citoyens de tous les bords politiques, la protection et la défense des droits humains son cheval de bataille.

L’Etat de droit exige également de l’autorité la prise en compte de toutes les composantes sociales sans discrimination.
Dans tous les cas, nous n’avons pas trente-six solutions ; il nous faut courageusement changer et engager de vraies réformes fondées sur le consensus. Par conséquent, inventons une autre forme de résolution de nos différends, qui ne sera pas une prime à impunité, mais qui ne devrait pas non plus s’apparenter à de la vengeance.
Le but est d’apaiser les cœurs et de parvenir à une sincère réconciliation pour nous donner la chance d’avancer dans la construction du pays les regards tournés vers l’avenir.

Vivement la réconciliation véritable entre Burkinabè !
Que Dieu continue de bénir le Burkina Faso !

11 Janvier 2018

Maxime Kaboré
Président du PIB

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 13 janvier 2018, par Origine

Ah les "anciens" sénateurs sont de retour ! Je ne savais pas que ce parti existait toujours. Il faut mieux oublier la politique pour de bon, car elle n’est pas un moyen de développement. Ce qui compte pour le développement c’est plutôt la mentalité, le sens du devoir et du travail bien fait, l’intégrité, l’humilité et l’excellence, et être utile pour les autres. C’est tout simplement pour dire qu’on n’a pas besoin de faire la politique pour contribuer au développement. On peut très bien travaillé dans son coin et être utile à la société.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Issaka Lingani, entendu pour la publication d’une vidéo (actualisée)
ZOODOONFOS.Issaka Lingani, journaliste et analyste politique a été entendu, ce mardi 18 (...)
Pama-Gayeri : des frappes aériennes de l’armée contre des bases terroristes.
ZOODOACTU.Ceci est communiqué de la direction de la communication et des relations publiques, (...)
Diocèse de Diébougou : l’Eglise paroissale de Dissin profanée...
ZOODOACTU.Les fidèles de la paroisse de Dissin, dans le diocèse de Diébougou, ont été surpris dans (...)
Zones non-loties : 30 % de la superficie de Ouagadougou et 40 % de sa population soit plus de 1 000 000 d’habitants
ZOODOINFOS.Les communes de Saaba, de Koubri, de Pabre, de Konki Ipala, Loumbila, (...)
Devant le tribunal : « c’est le jour de mon anniversaire que j’ai appris à fumer le cannabis »
ZOODOACTU.O. M. était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 18 septembre (...)
Burkina/Putsch manqué : le capitaine Abdoulaye Dao aurait joué un rôle crucial dans la prise du pouvoir
ZOODOINFOS.Absent de Ouagadougou, dès les premières heures du putsch manqué du 16 septembre 2015, (...)
Brigitte et Emmanuel Macron craquent pour une fillette à l’Elysée !
ZOODOINTER.Le président de la République et son épouse Brigitte Macron auront activement participé (...)
Affectation au niveau de l’administration policière : l’UNAPOL demande aux policiers et policières de redoubler de vigilance...
ZOODOACTU. Ceci est un communiqué de l’UNAPOL, au sujet des mouvements dans l’administration . La (...)
Synthése du conseil des ministres du 19 septembre 2018 :cadrages de la circulation des véhicules poids lourds au centre ville
ZOODOACTU. Le conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 19 septembre 2018, sous la (...)
Burkina Faso : Vaincre ou mourir !
ZOODOINFOS.Nos concitoyens continuent de se faire sauvagement abattre. Le dernier forfait en (...)