Devant le tribunal
Devant le tribunal : le Procureur du Faso requiert la prison à vie pour le chef de bande des braqueurs de la famille Komboïgo...   1er janvier
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Finalement, les faits ont eu raison de ceux qui ont été auteurs de braquages divers dans la ville de Ouagadougou, courant l’an 2016. 09 personnes étaient à la barre pour répondre de faits de détention illégale d’armes à feu et d’actes de grand banditisme, pour les uns, et, pour des faits de recel pour les autres. Ces mêmes personnes avaient été l’objet d’une présentation de délinquants par le Commissariat de police de l’arrondissement de Nongr-Massom lors d’une présentation de délinquants à la presse, et avec pour point qui prête à curiosité le fait que ce soit la famille Komboïgo, sise au quarter Kamsaoghin de Ouagadougou, qui en soit aussi victime, surtout que la période était complexe avec les arrestations suite au putsch manqué... Les coupables étaient donc à la barre ce 28 décembre 2017 pour répondre des faits devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Sur les 9 inculpés, le Procureur a requis la relaxe de trois autres, cela au bénéfice du doute, parce qu’ayant acheté des appareils de téléphone ou photographiques numériques sans en savoir la provenance.

Contre un autre a été requis la peine de 36 mois de prison ferme pour avoir volé une motocyclette. Il s’agit de T. Aly, qui est vigile et qui s’est retrouvé pris dans la nasse pour avoir volé une moto qu’il a aperçu stationnée et l’a prise pour pouvoir se rendre au travail parce qu’il n’avait pas de moyen de déplacement, selon ses dires. Mais celui-ci n’a rien à voir avec la bande de braqueurs...

Le cerveau de la bande de braqueurs et qui détenaient les armes est Nabollé M. Il est poursuivi pour ces faits avec 3 autres complices.

Pour ce qui est des braquages, Nabollé reconnait avoir braqué une boutique au marché Sankariaré de Ouagadougou d’où il est reparti avec la somme de plus de 105 millions FCFA.

L’avocat de la victime était présent, par ailleurs, pour défendre son client qui était absent et qui réclame son argent...

Outre cela, Nabolé explique qu’après ce coup, il a quitté le pays et est allé à l’extérieur, avant de revenir plus tard, pour toujours s’adonner à ses braquages.

Parmi ceux-ci figure celui de la famille Komboïgo, et où la mère de 72 ans a été violentée, mise au sol et qu’ils l’aient ensuite bousculée, armes à feu à l’appui évidemment, ainsi que Aristide, son petit-fils, afin qu’il montre une éventuelle caisse contenant de l’argent. Sauf que leur indic, un certain Aziz, n’avait pas vu juste, parce qu’il n’y avait pas d’argent dans la maison. Ils ont dû donc emporter quelques effets, non moins importantes. Selon Nabollé, Aziz est dans le même quartier que les victimes et c’est lui qui leur a tout décrit pour le coup, parce qu’étant un habitué de la famille...

D’autres braquages ont eu lieu, notamment à Balkuy, où des boutiques de vente de téléphones ont été braquées et dévalisées, et d’autres victimes, dont une dame, a été dépossédée de sa moto 135. Un boutiquier, Zongo P., explique qu’il était dans son commerce quand les brigands sont arrivés. Ils ont demandé de l’eau glacée en sachet, et le temps qu’il se tourne pour aller chercher l’eau, il est assommé par la nuque. Les brigands sont repartis avec la somme de 225 000 FCFA et de la monnaie qu’il n’a pas comptée, ainsi qu’un pistolet qu’il avait pour sa protection personnelle. Il a par ailleurs montré les papiers légaux de l’arme. Il réclame par conséquent tout cela...

En tout état de cause, le Procureur a requis contre Nabollé M. l’emprisonnement à vie, selon les textes de la loi. Car celui-ci, qui avait déjà purgé une peine de 36 mois en 2012, et qui, de surcroît, va faire un braquage et s’en sort avec 105 millions FCFA, mais au lieu de se faire oublier, revient et recommence des braquages, est irrécupérable...

Pour les trois autres complices, le Procureur a requis la peine de 20 ans de prison ferme, dont 15 ans de sûreté... Délibéré au 18 janvier 2018...

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : « Tu es femme, besoin d’être secouée, appeler au numéro XXX. »
ZOODOACTU.O. Boureima est élève-professeur en Mathématiques et Physique-chimie à l’Institut des (...)
Devant le tribunal : ...d’un coup d’épaule il ouvre la porte de la chambre de Léocadie.
ZOODOACTU.Malick D., gestionnaire d’entreprise, est poursuivi pour des faits de menaces sous (...)
Devant le tribunal : le post vient de Safiatou Lopez…
ZOODOACTU.La citation à comparaître pour diffamation et injures de sieur Jean Marc Bonato, (...)
Sécurité routière : un mort sur la route du SIAO
ZOODOACTU.Il était 11h, ce dimanche 15 juillet 2018, quand un véhicule Toyota V6 à vive allure ( (...)
Burkina Faso : le procès des demi-dieux
ZOODOINFOS.Le feuilleton judiciaire du putsch de septembre 2015 se poursuit ce lundi, 16 (...)
France – Croatie : ce que va gagner l’arbitre de la finale du Mondial
ZOODOACTU.Plus modestement bien sûr que les joueurs, Néstor Pitana est une autre star de la (...)
Devant le tribunal : N. Lazare a vendu la parcelle non-lotie de son bienfaiteur…
ZOODOACTU.Abus de confiance est escroquerie, tels sont les faits reprochés à N. Lazare. Il a (...)
L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave
ZOODOACTU.« On reconnaît l’arbre à son fruit. Tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que (...)
Procès putsch manqué : l’armée, la cause du malheur du soldat de 2e classe Seydou Soulama
ZOODOACTU.Ce mardi 17 juillet 2018, le sergent-chef Ali Sanou et le soldat de 2e classe Seydou (...)
Récit de l’imposition d’une surfacturation par un agent de service public dans le cadre d’une commande publique
ZOODOACTU.Je fais du service traiteur. Une fois un agent du Haut-commissariat m’a contactée en (...)