ACTUALITE
Violence à l’Université : l’ANEB réfute toute responsabilité  7 décembre 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Les responsables de l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB) étaient face aux hommes de médias ce jeudi 7 décembre 2017 à Ouagadougou. Ils ont réfuté la responsabilité du mouvement estudiantin dans l’affrontement qui a eu lieu entre les étudiants de l’Université Ouaga I Pr. Joseph Ki Zerbo dans la matinée du mercredi 6 décembre 2017.

S’il faut chercher des responsables dans la violence qui est survenue à l’Université Ouaga I Pr. Joseph Ki Zerbo et même UO2 le mercredi 6 décembre 2017, ce n’est surement pas du côté de l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB). Bien sûr c’est ce que pensent les militants du mouvement estudiantin. Par la voix de leur premier responsable, Alexis Zabré, ils ont en effet décliné la responsabilité du mouvement dans cette violence qui a fait une dizaine de blessés. Cette déclaration : « le comité exécutif de l’ANEB rassure l’opinion nationale et internationale qu’aucun appel à la violence venant de sa part n’a été adressé à l’endroit des étudiants » qu’il a faite est une preuve. Le responsable donc de cette situation selon le président de l’ANEB Ouaga, Alexis Zabré n’est autre que l’administration universitaire avec à sa tête le vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques (VPEIP), le Pr. Mamadou Sawadogo. Il déclare à cet effet : « la violence a donc été voulue, organisée et entretenue par l’administration avec à sa tête le Pr. Mamadou Sawadogo ». Il accuse le Pr. Mamadou Sawadogo de faire du zèle et de vouloir réprimer sévèrement le militant Yénilo Bahan pour qui l’ANEB apporte son soutien en décrétant les 72 heures de grèves qui ont dérapé, de même que les 48 et 24 heures observées quelques jours plutôt.
Il rajoute : « par ce comportement, Pr. Mamadou Sawadogo montre toute sa haine contre l’ANEB et ses militants (…) ». Il accuse par la même occasion ce dernier d’avoir apporté son soutien et celui de l’administration de l’université à un groupe d’étudiants qui depuis l’annonce des 72 heures de grève n’a pas cessé de battre campagne pour faire échec à la lutte.

Prompt rétablissement aux blessés

A l’en croire donc, ce groupe d’étudiants à la solde des autorités selon ses dires et se réclamant d’être du soutien de Karim Zango ont entamé des actions de sensibilisation pour appeler les étudiants à se révolter contre l’ANEB et ses militants, à les frapper et à boycotter la grève. C’est dans cette vision que le jour de la grève soit le mercredi 6 décembre 2017 effectivement, armés de cailloux, de ferrailles de chaises sciées pour l’occasion, les éléments du groupe en question ont chassé les éléments de l’ANEB qui ont quitté le SIAO selon ses explications.
Au regard de ce fait, le président du mouvement estudiantin pour sa part, dit dénoncer l’escalade répressive organisée par les autorités universitaires appuyées par le ministre des enseignements supérieurs, Pr. Alkasoum Maiga contre l’ANEB et ses militants selon ses mots. Il a souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés, avant d’appeler les étudiants qu’il qualifie d’honnêtes à se démarquer des appels de violence contre l’ANEB et ses militants. Il appelle les étudiants à une assemblée générale le 9 décembre à 8 heures à l’Amphithéâtre A 600 de l’UO I pour faire le point de la lutte et définir les perspectives.

Pour un rappel de mémoire, il faut indiquer que cette violence est survenue face au refus de certains étudiants de respecter le mot d’ordre de grève de 72 heures lancé par l’ANEB pour soutenir un de ses militants du nom de Bahan Yénilo. Ce dernier a en effet été sanctionné par le conseil de discipline de l’université le 3 novembre 2018 ; une sanction qui se résume à l’annulation des résultats académiques de l’année 2015-2016 de Yénilo Bahan et sa réinscription en 2018 conditionnée par une réconciliation avec Karim Zango son délégué de classe qui l’a accusé d’agression à la suite d’une altercation survenue entre les deux hommes.

Edoé MENSAH

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : l’enfant d’un confrère dans de sales draps...
ZOODOACTU.K. Lionel était face au Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de (...)
De retour de mission du Mali, un soldat se fait extorquer la somme de 8 millions FCFA dans l’achat d’une parcelle...
ZOODOACTU.C. Salifou est un soldat qui est revenu du nord Mali de mission, en 2017. Il décide (...)
Un passager découvert mort dans les toilettes de la gare Rakiéta-Larllé de Ouagadougou...
ZOODOACTU.A la gare de transport voyageurs Rakiéta de Larllé s’est déroulé un drame ce jeudi 15 (...)
Devant le tribunal : manque de bol pour des arnaqueurs d’un pandore...
ZOODOACTU.Voilà des personnes qui ont essayé une arnaque et qui sont tombées sur le Commandant de (...)
Violences sexuelles sur une fille : arrestation de trois personnes mises en cause
ZOODOACTU.Dans la nuit du 15 au 16 Février 2018, mon parquet était informé de ce qu’une vidéo (...)
Devant le tribunal : le procureur requiert 5 ans de prison ferme pour le maire de Pouni
ZOODOACTU.Le maire de la commune rurale de Pouni, Ido Dieudonné, et sieur Neya Rasmané, ont (...)
Arrondissement 3 de Ouagadougou : les conseillers opposés au maire demandent au ministre à entériner la destitution de Raïnatou Ouédraogo
ZOODOACTU.Les 16 conseillers opposés au maire de l’arrondissement 3 de Ouagadougou, Raïnatou (...)
Devant le tribunal : défaut de maîtrise au volant, homicide involontaire et délit de fuite, entre autres faits...
ZOODOACTU.Allassané I. est conducteur d’un car de transport voyageurs et qui fait la navette (...)
Urgent : communiqué de la Gendarmerie Nationale
ZOODOACTU. Suite au Cambriolage du magasin de l’Agence Nationale de la Radioprotection et de (...)
CEDEAO : 4 Chefs d’État bientôt à Accra pour "Accélérer’’ la monnaie unique
ZOODOACTU.Quatre chefs d’Etat ouest-africains se retrouveront mercredi, à Accra, au Ghana, pour (...)