Devant le tribunal
Devant le tribunal : coup de pavé sur le visage, occasionnant 5 dents en moins, et violée, de surcroît…   3 décembre 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS.Voilà un prédateur des temps modernes, comme dit par le procureur, ce jeudi 30 novembre 2017, pour qualifier les actes commis par Richard Y. sur la personne de Djenneba K., lors de cette audience au Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Richard est parqueur, âgé de plus de la trentaine. Il comparait pour viol, tentative de vol et coups et blessures volontaires sur la personne de Djenneba.

A la barre, il nie les faits. Il n’a violé personne, il est juste entré dans la cour pour voler. Il explique que quand il est entré dans cette cour où Djenneba travaille en qualité de vigile, il est allé dans une maisonnette servant de guérite et a trouvé celle-ci couchée toute nue parce, qu’elle avait lavé sa tunique. Celle-ci l’aperçoit, lui dit qu’elle sait qu’il est venu pour voler, et lui dit qu’il n’y a rien que des habits dans la guérite. Elle le chasse, et c’est pendant ce temps qu’un passant vient et appelle la police, qui vient le chercher…

Richard explique que c’est parce qu’il a été violenté à la police qu’il a accepté les faits de viol, sinon, il n’a pas commis cet acte.

Sauf que les faits sont tout autres. Djenneba, qui est vigile, est venue à son travail en cette journée du 18 février 2017. Elle ne se doutait pas qu’un malheur allait lui arriver, bien-sûr. Vaquant à ses occupations de gardiennage, hors de la cour, elle ne savait pas que Richard, qui savait qu’elle devait arriver à midi pour remplacer son collègue, avait profité de ce temps pour s’infiltrer dans la cour et se cacher dans un coin.

Il y reste pendant quatre heures, soit à 16 h, où Djenneba entre dans la cour pour aller dans la guérite chercher à manger.
C’est à ce moment qu’il s’empare d’un pavé, la surprend dans la guérite, lui administre en plein visage un bon coup violent de pavé, avant de lui intimer l’ordre de se déshabiller, en lui montrant un couteau qu’il avait à sa ceinture. Ensuite, il a des relations intimes non protégées avec elle. Après, il lui demande les clés des locaux, retire son portable. C’est quand Richard se rhabillait que Djenneba profite jaillir de la maisonnette servant de guérite et crier au secours. Les voisins, des vigiles également, accourent. La cour est fouillée de fond en comble, mais sans trace de Richard. Il se trouve que celui-ci avait escaladé le mur de la cour voisine et s’y était caché.

Un des secouristes pense alors à appeler sur le téléphone de Djenneba pour savoir, et c’est là que la sonnerie résonne juste dans la cour voisine. Richard est vite cueilli par les populations qui avaient affluées. Il est copieusement corrigé, avant l’arrivée des policiers.

La victime explique qu’elle réclame les 5 dents qu’elle a perdues en recevant le coup de pavé. Elle estime à 40 000 FCFA la somme, selon le dentiste qu’elle est allée voir. Par ailleurs, elle nous explique qu’elle était enceinte de deux mois avant ces faits. Effectivement, arrivée sans accompagnant, c’est une autre dame de bonne volonté qui tenait son bébé, pendant qu’elle s’expliquait devant le tribunal.

Indignation totale dans la salle d’audience, car les choses décrites étaient épouvantables, et rien ne prouvait que Richard n’allait pas commettre le pire après son forfait. Heureusement que la victime a eu l’occasion de s’échapper, bien qu’ayant reçu ce coup violent au visage qui lui a fait perdre cinq dents, et violée, de surcroît. Les 7 ans de prison ferme dont Richard a été condamné est faible, selon certains…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN