Devant le tribunal
Devant le tribunal : Il arnaque 33 millions de FCFA et 24 millions de FCFA avec le même scénario.  26 novembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Monsieur Ibrahim S, a comparu ce jeudi 23 novembre 2017, devant le Tribunal de grande Instance de Ouagadougou, pour des faits d’escroquerie d’une somme de 33 millions de FCFA et de 24 millions de FCFA.

Monsieur Ibrahim S. est gérant d’une société aurifère de la place, une SARL d’un capital de 10 millions, Générale Burkina, dans la ville de Ouagadougou. Il est connu dans le domaine de la vente et de l’achat de l’or. Il est accusé d’avoir extorqué à Monsieur Xavier B. la somme de 33 millions de FCFA et 24 millions à Monsieur Kouassi.
Les faits, explique Monsieur Xavier, d’origine Belge, s’est passé en juillet 2017. Il avait monté une société en partenariat avec ces collaborateurs, afin de pouvoir traiter directement avec des personnes ou structures qui pouvaient lui livrer de grosse quantité d’or. Cela, sur la base d’un mandat qui avait été émis par une richissime famille à Dubaï. Cette famille voulait acheter 250 Kilogrammes d’or. Suite à cette demande, ses contacts l’avaient conduit dans le pays des hommes intègres. Sans vraiment douter d’ailleurs de cette intégrité, Xavier s’est jeté dans l’aventure. Il fera donc la rencontre de Monsieur Ibrahim S. à son arrivée, par l’entremise d’un complice du nom de Boureima O. Un homme, dira-t-il, (s’agissant de Ibrahim S .) , dont les premières impressions et la courtoisie rebutaient tout doute et tout soupçon, sur le vrai visage d’un potentiel malfaiteur. Très vite, les deux, Monsieur Xavier et Ibrahim S . , se comprirent et signèrent un contrat. Le contrat stipulait, a expliqué la défense de la victime et le plaignant lui-même à la barre, que Monsieur Ibrahim se chargerait de livrer les 250 Kilo d’or à Dubaï et c’est une fois sur les lieux qu’il percevra après vérification de la marchandise, l’argent.
Ce dernier, sur le coup, avait rassuré posséder la quantité suffisante, aussi être à mesure de fournir toutes les accréditations et autorisations via sa société pour exporter de façon légale la marchandise en question. C’est dans un partenariat gagnant-gagnant que les deux parties s’engagèrent. Sieur Ibrahim avait donc donné l’assurance que les 250 Kilo étaient une mince affaire, conjurant ses victimes de ne point s’inquiéter. Il avait cependant, ce qui n’était pas inclut dans leur contrat, demandé à Monsieur Xavier de lui verser la somme de 33 millions de FCFA, afin qu’il puisse normaliser un certain nombre de formalités (notamment la douane, les accréditations) pour finaliser les documents de l’exportation. Chose à laquelle Monsieur Xavier et ses partenaires se plièrent sans réfléchir.

Comme convenu par les deux parties, tout devant se conclure à Dubaï, Sieur Xavier et ses partenaires avaient pour ce fait, réservé des billets d’avions, un hôtel et obtenu un visa pour Monsieur Ibrahim, maintenant partenaire et digne de toute confiance. Le voyage sur Dubaï était donc certain et programmé avec l’assurance du prévenu.
Pour gagner du temps ou par hasard, Monsieur Ibrahim S, le jour du vol, demande de repousser le voyage pour le lendemain, afin qu’il puisse finaliser toutes les formalités. Chose que les victimes ont encore fait, en annulant les tickets d’avion et en en payant d’autres. Toujours dans l’espoir. Le jour J du départ, les mêmes bonnes excuses se posèrent. Tantôt à la douane pour des formalités, à la BUMIGEG, aux impôts, à l’aéroport, par la suite injoignable, Sieur Xavier et compagnies ne verront jamais Monsieur Ibrahim S. C’est à partir de là, raconte le plaignant, que les soupçons naquirent et il comprit tout simplement qu’ils se sont fait cocu. Xavier se rendit donc à la gendarmerie déposer une plainte. Boureima O., le contact, avait disparu. Quant à monsieur Ibrahim, dans ses esquives et dribles pour filer sous la maille, sera finalement interpellé et conduit devant les juridictions.

A la barre pour répondre des faits, pour le prévenu, dans le contrat qui avait signé avec monsieur Xavier, les 33 millions ne comprenaient pas le dédouanement de l’or, mais constituait une avance pour l’achat de la marchandise. Pour lui, cette somme devrait servir à l’achat de l’or. Et d’ailleurs, la somme n’étant pas assez suffisante, il attendait de monsieur Xavier qu’il ajoute 10 pour cent de la valeur de la marchandise avant l’embarquement et la livraison de la marchandise à Dubaï. Pour lui, il n’était pas question d’un certain voyage à Dubaï sans le versement des 10 pour cent. Il dit avoir remis les 33 millions aux orpailleurs afin qu’il puisse récolter les 250 Kg.
Chose que la défense de la victime juge et de la société civile jugent incohérente. Puisqu’il avait rassuré à Monsieur Xavier qu’il avait déjà les 250 Kg et qu’il lui suffisait tout simplement de régler les paperasses.
La défense de Monsieur Kouassi explique de façon impressionnante le même scénario, les même détails et raisons avancées, qui ont conduit au dépouillement des 24 millions de FCFA de sa victime.

Le procureur, a, quant à lui, estimé que monsieur Ibrahim a manifestement abusé de la confiance de monsieur Xavier et de Monsieur Kouassi. Pourquoi avoir donné toutes ses références et remplir toutes les formalités pour qu’on délivre un visa pour Dubaï, aussi accepté qu’on lui coupe, (bien sûr avec son accord) un billet d’avion et à la dernière minute esquivé le vol et disparaitre de la circulation. Lisant le contrat, il a estimé que le contrat était cependant clair et en aucun cas, ne spécifiait les 10 pour cent dont parle monsieur S.
Le Procureur rappelle à l’assistance que le prévenu avait des antécédents judiciaires et que les mêmes faits et acrobaties lui reprochés. Le même scénario avait déjà été conduit en 2014 pour extorquer 24 millions à Monsieur Kouassi, d’ailleurs qui est plaignant à la barre aujourd’hui, et vient s’ajouter ces faits récents de 2017. Aussi procès, environs (06), sont en cours contre le même monsieur.

Mais pour monsieur Ibrahim S, au contraire c’est lui la victime. Il s’empressa devant la barre d’insister sur les 10 pour cent que ces victimes n’ont pas respecté. Pour lui, tout cela est dû au fait qu’il soit analphabète. Ne connaissant pas les textes, il ignorait que les 10 pour cent n’était pas compris dans leur contrat. A la suite de ses propos, sa défense explique à la cour que c’est d’ailleurs un piège que Monsieur Ibrahim a évité de justesse. Imaginez qu’il se soit rendu à Dubaï avec les 250 Kg et qu’il se soit fait cambrioler ou dribler ? Pour la défense, le délai de la livraison n’était pas fixé dans le contrat et donc monsieur Ibrahim avait largement le temps de collecter la quantité d’or nécessaire. Et d’ailleurs, ils estiment que l’infraction est non-constituée, parce qu’au fond, au Burkina Faso, il y a des textes qui encadrent la vente et l’achat de l’or, et de ce fait Monsieur Xavier n’avait aucune accréditation pour vendre ou acheter de l’or dans le pays. Ils ont donc plaidé pour la relaxation pure et simple de leur client.
Pour le procureur, le prévenu est un spécialiste et un habitué de la dupe. L’escroquerie, selon lui sans conteste, est avérée. De ce fait, il a requis un emprisonnement ferme de 60 mois pour le prévenu.

La défense des victimes Xavier a demandé la restitution de leur 33 millions, plus 17 millions pour les billets d’avion et les frais de l’hôtel à Dubaï, 5 millions pour leurs frais de séjours, et 100 000 pour les dommages et intérêt. Pour le cas de Monsieur Kouassi, sa défense a demandé 34 millions comprenant les dépens.
Les juges ont annoncé que le délibéré est prévu pour le 7 décembre 2017.

GHI

Répondre à cet article

 

 

L’AFFICHE DU JOUR

Incendie ce dimanche 10 décembre midi, à la cour d’appel de Ouagadougou.

ZOODO TOP TEN
Conseil des ministres du 7 décembre 2017 : 57 973 462 203 FCFA pour la société KANIS LOGISTIC SA
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en (...)
Madame Mariam Diallo née Zoromé, décédée
ZOODOINFOS. Le Ministre d’Etat, ministre de la Sécurité a le profond regret d’annoncer le décès de (...)
Situation nationale : le Kôrô Yamyélé parle au PM Paul Kaba TIEBA
ZOODOACTU.- Monsieur le PM PKT, j’ai lu votre déclaration très osée, voire injurieuse envers des (...)
Devant le tribunal : il simule un évanouissement, à la vue des gendarmes...
ZOODOACTU.I. Adama est commerçant, et tient une alimentation. Il a cependant été arrêté et déféré (...)
À suivre : des experts de l’ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé
ZOODOACTU.Les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ont appelé jeudi (...)
Appel à contribution pour l’organisation d’une veillée et de l’inhumation de Oxy Dj
ZOODOACTU. De façon spontanée, les amis et collègues de l’artiste OXY dj se sont réunis le lundi 4 (...)
Ram OUEDRAOGO : " Blaise COMPAORE, un homme calme "
ZOODOACTU.J’ai eu l’honneur d’être reçu ce samedi 9 décembre 2017, par le Président Blaise Compaore. (...)
Simon Compaoré aux forces de sécurité de Pabré, Dapelgo, Kongoussi et Rouko : « Sachez que vous n’êtes pas oubliés »
ZOODOINFOS.Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était en tournée le dimanche (...)
Haute Cour de Justice : nominations de magistrats
ZOODOACTU.La nouvelle loi organique modificative de la Haute Cour de Justice a créé en plus des (...)
" Scandale tranquillos " : " j’ai déposé une plainte contre Monsieur Simon COMPAORE, ..." ( Zéphirin DIABRE )
ZOODOACTU.Le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) informe les citoyens burkinabè qu’il a (...)