Devant le tribunal
Devant le tribunal : affaire FAFPA, un enregistrement fait renvoyer le procès  6 novembre 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.C’est ce 06 novembre 2017 que s’est tenu le procès sur cette affaire de détournement au sein du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), portant sur la somme de plus de 99 millions FCFA. L’ex Directeur général, O. Ibrahim, et P. Bakary, chef du service comptable, ont effectivement comparu pour répondre de faits de détournement de deniers publics, et de faux en écriture.

P. Bakary a d’emblée reconnu les faits de détournement de deniers publics d’un établissement public de l’Etat. Il est poursuivi pour ce délit.

L’ex DG, O. Ibrahim, ne reconnait rien de tout ce qui s’est passé et plaide non coupable. Par ailleurs, il est celui qui est poursuivi pour faux en écriture pour vouloir faire des virements sur la somme de 77 millions FCFA, chose qui a été découverte par l’Agent du trésor en charge des opérations.

Des affaires qui se sont passées entre le 7 et 20 septembre 2016, et pour le faux en écriture et tentative de détournement, le 17 octobre de la même année...

Pour l’instant, le DG ne reconnait pas du tout être impliqué dans ce détournement. Outre cela, il explique que c’est lui-même qui a trouvé la faille qui faisait que P. Bakary lui faisait signer naïvement des lettres de virement, en toute confiance. Sauf qu’il a découvert un jour qu’il y a eu des doublons et qu’il a signé souvent des chèques deux fois, sans s’en rendre compte, parce qu’il ne prenait pas le soin de vérifier ce qu’il en était.

Par ailleurs, il explique que cette procédure de signature est faite entre lui et Bado S. le Directeur des finances et de la comptabilité (DFC), et tout est élaboré par sieur Bakary. Une fois, explique-t-il, le DFC lui a dit de faire attention et ne pas signer à la hâte les choses, parce que le DG ne prenait pas le soin de vérifier avant de signer, si bien que la confiance aveugle qu’il avait lui joue des tours.

Mais il demeure néanmoins que celui-ci raconte que c’est quand il a signé deux bons de virement à hauteur de 49 millions FCFA, qu’il a eu des doutes, quand un autre de 77 millions FCFA s’est pointé.Après vérification au Trésor public, c’est là qu’il s’est rendu compte de la supercherie et a donc alerté les services juridiques, qui, après contrôle, ont trouvé que c’était du faux.

En d’autres termes, les deux ordres de virement de 49 millions FCFA étaient du pipeau, et, celui de 77 millions FCFA allait l’être, s’il n’avait pas été tiqué par une irrégularité.

Le problème dans cette affaire qui a duré plus de quatre heures est que les avocats de P. Bakary sont venus avec un enregistrement de leur client, qui a été présenté au tribunal et que l’on a essayé d’écouter par le biais des micros dans la salle. Sauf que cela était inaudible, selon les conseils du DG, qui estiment qu’il va falloir que les conditions d’écoutes soient réunies. Ils ne sont pas d’accord en plus avec le fait que cette pièce soit produite et écoutée le jour du procès, parce que cela brouille les choses. Me Yamba, avocat du DG, explique qu’il est loisible de faire tripatouiller n’importe quel enregistrement dans n’importe quel studio, et le résultat serait étonnant.

Bref, il n’en demeure pas moins que le procès a été renvoyé au 20 novembre prochain. Cela pour la comparution de deux personnes clés que sont le directeur des finances et de la comptabilité du FAFPA, S. Bado, et d’un certain Bila qui est prestataire et ami de P. Bakary. Bila a sa voix dans l’enregistrement, y compris Bado, qui semble être au courant de beaucoup de faits. Chose bizarre, certaines personnes étaient dans la salle et ont disparu quand leur nom a été prononcé...

Toutes ces personnes sont donc nécessaires pour la suite du procès, ce 20 novembre 2017. Affaire à suivre !

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : « Tu es femme, besoin d’être secouée, appeler au numéro XXX. »
ZOODOACTU.O. Boureima est élève-professeur en Mathématiques et Physique-chimie à l’Institut des (...)
Devant le tribunal : le post vient de Safiatou Lopez…
ZOODOACTU.La citation à comparaître pour diffamation et injures de sieur Jean Marc Bonato, (...)
Devant le tribunal : N. Lazare a vendu la parcelle non-lotie de son bienfaiteur…
ZOODOACTU.Abus de confiance est escroquerie, tels sont les faits reprochés à N. Lazare. Il a (...)
L’utilisation et la promotion des contraceptifs sont un péché grave
ZOODOACTU.« On reconnaît l’arbre à son fruit. Tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que (...)
Récit de l’imposition d’une surfacturation par un agent de service public dans le cadre d’une commande publique
ZOODOACTU.Je fais du service traiteur. Une fois un agent du Haut-commissariat m’a contactée en (...)
Procès putsch manqué : l’armée, la cause du malheur du soldat de 2e classe Seydou Soulama
ZOODOACTU.Ce mardi 17 juillet 2018, le sergent-chef Ali Sanou et le soldat de 2e classe Seydou (...)
Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Mathias Tankoano, êlu président .Aziz Bamogo, VP.
ZOODOINFOS.Le collège des conseillers a élu par consensus, Mathias Tankoano, Avocat, Conseiller (...)
Sucres cachés, les aliments à éviter
ZOODOACTU.Véritable menace, le sucre est partout dans notre alimentation. Même là où on ne le (...)
Aperçu des méthodes de contraception et de leurs conséquences sur la santé
ZOODOACTU.Le langage courant désigne sous le terme « contraception » un certain nombre de (...)
Récit d’une offre de rétribution illégale par un enquêté à un agent de la police municipale
ZOODOACTU.Une fois, sur l’avenue Charles de Gaulle, la police municipale m’a arrêté pour (...)