Devant le tribunal
Devant le tribunal : sieur K. Souleymane est coupable de fétichisme et menaces de mort…   13 octobre 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU. K. Souleymane comparaissait ce jeudi 12 octobre devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de faits de menaces sous conditions. Il s’agit en fait d’une histoire qui s’est déroulée dans la province du Ganzourgou, pendant le début de la saison hivernale. Les plaignants sont dame T. Zalissa et sieur S. Bougouma.

Dame Zalissa explique que lors d’une travail en commun initié par un habitant du village pour l’aider à labourer son champ, elle y est allée. Elle y a trouvé Souleymane, le prévenu en question, et peu après, l’initiateur de ce travail en commun a donné des bonbons à partager aux gens qui sont venus l’aider à défricher son champ.

Il se trouve cependant que Souleymane lui avait fait la cour auparavant, et elle avait refusé ses avances. Et ce jour de travail en commun a été l’occasion pour celui-ci de l’ensorceler en lui donnant un des bonbons qu’il était chargé de distribuer aux gens venus pour le "Soussoaga", comme on le dit en langue mooré, pour les travaux en commun.

Elle explique que la manière de lui donner le bonbon est suspecte, parce que c’est quand elle partait que Souleymane l’a rejointe pour le lui donner. Elle explique que dès qu’elle a fini de sucer ce bonbon en question, elle a commencé à avoir des vertiges, et, dans la même nuit, a fait un mauvais rêve sur un chien qui la poursuivait et qui l’a mordue par ailleurs, pour ensuite reprendre forme sous les traits de Souleymane.

Ce sont donc ces choses qui ont fait que Zalissa accuse Souleymane de sorcellerie. Celui-ci, qui a entendu cette accusation, est allé ensuite se confier à des fétiches, qu’il appelle "Tensés". Il appelle ensuite sieur Bougouma, qui est un des proches de dame Zalissa, pour lui dire qu’il est allé faire des choses avec un poulet à l’appui et que si toutefois les accusations de sorcellerie portées contre lui ne sont pas vraies, les fétiches allaient les tuer tous dans un délai de deux semaines.

Pris de peur, les plaignants sont allés voir les autorités judiciaires sur cette menace de mort qui ne dit pas son nom. Bougouma explique que lorsqu’il a entendu cette menace, il a eu la frousse et a demandé à Souleymane pourquoi il a fait cela, pendant que les choses pouvaient se régler autrement, car ils sont tous de la même localité et des voisins, de surcroit.

Dame Zalissa, pour sa part, estime que c’est parce que Souleymane lui a fait des avances bien avant et qu’elle ait refusé, qui a occasionné tout cela, parce que la façon de lui donner ce bonbon en question était suspecte, surtout qu’elle est tombée malade par la suite la même nuit, avec ce cauchemar de chien qui la poursuivait, de surcroît.

Une histoire qui a dû faire que les protagonistes soient tous rabroués. Non seulement les plaignants, sur le fait qu’ils aient accusé Souleymane de sorcellerie, ce qui l’a poussé à aller voir ses soi-disant "Tensés", et aussi le coupable, pour n’avoir pas dénoncé cette accusation selon le voies normales, pour aller se confier à des fétichistes et jeter des sorts sur les autres par des menaces de mort.

Le procureur a expliqué au prévenu la portée de son acte, qui a paniqué les plaignants, et l’a exhorté à ne plus proférer de telles choses, car si toutefois malheur arrivait à quelqu’un effectivement, il en serait coupable. Il a requis contre lui la peine de prison de 48 mois et 600 000 FCFA d’amende avec sursis. Le tribunal, pour sa part, le condamne à une peine de prison de 18 mois et 300 000 FCFA d’amende avec sursis, en lui recommandant d’aller désactiver le sort qu’il a jeté sur les plaignants chez les "Tensés" en question… Si ce n’est déjà fait, puisque les faits remontent à depuis le début de la saison hivernale, soit plus de 4 mois, pendant que le sort prévoyait deux semaines pour leur mort…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

Il y a 4 commentaire(s) pour cet article

posté le 13 octobre 2017, par Kôrô Yamyélé

- Ça apprendra à Dame Zalissa de prendre tout ce qu’on lui donne pour foutre dans sa grande gueule !!

Par Kôrô Yamyélé


posté le 14 octobre 2017, par Morè

Condamnation sans fondement juridique ! C’est quel pays ça ? Imagination, inculte,... la justice cherche quoi dedans pour condamner un accusé de ces trélàlà ???? Ces juges ont la preuve de l’activation et/ou désactivation du sort jeté ? J’ai honte !


posté le 15 octobre 2017, par Ka ya woto

La justice burkinabè ne s’illustre que que ces genres de dossiers. Mon cher Souleymane, pourquoi ne jettes tu pas un sort sur ces gens ?


posté le 25 octobre 2017, par Nobga

Un verdict honteux et sans fondement juridique. C’est dommage pour des juges gravement payés par nos impôts.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Situation nationale : des anciens révolutionnaires sortent...
ZOODOACTU.La vie se déroule selon un processus marqué par de grandes étapes et les humains ont (...)
Devant le tribunal : brouilles entre un chirurgien-dentiste et sa secrétaire-comptable
ZOODOACTU.K. Yolande est poursuivie pour des faits de faux, d’usage de faux et d’abus de (...)
Un recrutement de personnels d’appoint notamment les retraités et les volontaires pour la continuité du service public
ZOODOACTU.Le conseil des ministres s’est tenu ce lundi 18 juin 2018 sous la présidence de Roch (...)
Crise au MINEFID : un front-anti grévistes accuse les syndicats en grève d’être des opportunistes
ZOODOACTU.Ce lundi 18 juin 2018, à la Direction générale de la coopération (DGCOOP), des agents du (...)
Devant le tribunal : mystère autour de cette perte à GECOM-SIDCO Burkina
ZOODOACTU.Affaire complexe pour sieur K. Elie, qui est poursuivi pour des faits d’abus de (...)
Conseil des ministres du 20 juin 2018 : 492 procédures administratives ont été identifiées et seront simplifiées d’ici à 2020
ZOODOACTU. L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 20 juin 2018 sous la (...)
Archidiocèse de Ouagadougou : voici le mouvement des prêtres 2018-2019.
ZOODOACTU.Voici la nouvelle configuration des équipes pastorales pour 2018-2019.
Crise au MINEFID : l’Institut Martin Luther King d’Etudes Politiques demande aux parties d’aller au dialogue
ZOODOACTU.L’IEP-ML King fait le triste constat que depuis le début de la crise au sein du MINEFID (...)