Devant le tribunal
Devant le tribunal : satanée histoire de maraboutage, d’impuissance, de promotion sociale, d’ambitions politiques…   20 septembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Histoire à dormir debout. Devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI), ce mardi 19 septembre 2016, O. Zakaria et O. Issiaka, des marabouts, comparaissaient pour des faits d’escroquerie portant sur la somme de 41 millions FCFA. C’est sieur Silga H., qui vit à Cotonou, au Bénin, qui en est la victime.

Tout est parti de Cotonou, capitale de la République du Bénin. Silga, par le biais d’un de ses amis, rencontre O. Zacharia, marabout, qui était de passage dans ladite ville, en l’an 2013. Il lui explique qu’il a des problèmes. Le marabout décèle ensuite que celui-ci, qui venait à peine de se marier, était dans une situation d’impuissance sexuelle.

Virilité retrouvée…

Silga reconnait cela. Il demande alors l’aide du marabout. Ce fut là le début de leur relation. Zacharia, le marabout, explique au tribunal qu’en fait, Silga est son beau-frère, dès lors qu’ils se sont présentés l’un à l’autre. Il est ensuite rentré au Burkina, après lui avoir demandé de faire des sacrifices. Trois bœufs et trois moutons ont été demandés pour le premier sacrifice. Venaient ensuite d’autres qui consistaient en des galettes, poulets, et autres. Pendant ces sacrifices, lui-même était chargé de prier pour implorer l’assistance de DIEU. Pour ce premier problème, Silga a été satisfait, parce qu’il a recouvert sa virilité et a même eu des enfants.

Promotion professionnelle…

Après résolution de ce problème de virilité, Silga, qui travaille avec des expatriés vivant au Bénin, explique ensuite au marabout que son poste est menacé, parce que l’on veut le licencier. Encore une fois, il demande que le marabout l’aide. Ce qui fut fait, et, celui-ci eut de surcroît une promotion. Pendant que cela se passait, Silga demande encore au marabout de l’aider à devenir député pour les élections législatives de 2020 au Burkina. Celui-ci lui répond que ce n’est pas le moment, parce que les problèmes sont tellement successifs, donc il va falloir temporiser. Et c’est quand il était dans cette histoire de l’aider pour les élections que les choses ont dégénérées.

Piège de l’amiable ?

Zacharia, le marabout, explique qu’il a été appréhendé par la police, et que c’est un officier, du nom de Silga aussi, qui l’a arrêté et a conduit les interrogatoires. Il dit qu’étant à la police, le sieur Silga est venu le voir. Il lui explique qu’il ne veut pas de problème avec lui, et qu’il veut que les choses s’arrangent à l’amiable entre eux, parce qu’ils se connaissent il y a un bon bout de temps. Il lui demande seulement de reconnaître qu’il a pris de l’argent avec lui, et que l’affaire se limitera au commissariat. Ensuite, ils se verront pour régler le problème entre connaissances.

Zacharia, le Marabout, dit avoir accepté ce que Silga lui a dit. Ce qui fait que lorsque l’officier de police l’a questionné, il a tout simplement dit qu’étant donné que Silga pense que c’est la somme de 41 millions FCFA qu’il lui a escroqué, il s’en tient à cela. Le procès-verbal est donc écrit en ce sens. Il ajoute que le policier en question lui a dit aussi que si toutefois, pendant son déferrement en mandat-dépôt devant le procureur, il reconnait ce qu’il a dit sur le procès-verbal, il sera libéré. Et c’est ce qu’il a fait.

Visite de Silga et d’un avocat à la MACO…

Etant en prison, à la MACO depuis juin dernier, Silga est venu lui rendre visite de Cotonou deux fois. Cela pour lui dire qu’il souhaite que cette affaire soit réglée à l’amiable et qu’il soit constant dans les déclarations qu’il a faites à la police, car lui-même regrettait ce qu’il a fait. Un des avocats de Silga est aussi venu le voir pour savoir s’il tient toujours à accepter ce qui est écrit sur le procès-verbal, car les choses vont s’arranger. Il lui a répondu par l’affirmative.

Il explique donc au tribunal que si Silga, la victime, a dit que c’est 41 millions FCFA qu’il lui doit, il a accepté, étant donné que celui-ci a dit qu’ils vont s’entendre entre amis. Et c’est ce qu’il a dit à l’officier de police et au procureur aussi.

Biens saisis…

Zacharia, le marabout, explique ensuite que lors de l’enquête préliminaire, son Permis urbain d’habiter (PUH), la voiture de sa femme ainsi que sa propre voiture ont été saisis. Pendant que Silga, le plaignant, disait que les choses allaient se passer à l’amiable. L’avocat de Zacharia vient ensuite à sa rescousse pour dire qu’en fait, il y a eu des appels téléphoniques entre une personne et Silga, où celui-ci disait de laisser Zacharia vaquer à ses occupations et revenir verser au fur et à mesure ce qu’il lui doit. Mais tout cela n’a pas été respecté. Par ailleurs, c’est cette personne qui recevait l’argent que Silga lui envoyait de Cotonou par transfert pour acheter les sacrifices et les remettre à Zacharia. En d’autres termes, celui-ci n’a pas reçu directement les fonds pour acheter les sacrifices à faire... Dans la foulée, il tend une boutade à un avocat de la partie civile, Me Yamba, et lui rappelle que celui-ci avait défendu un dossier du genre. Et il avait dit que "l’on ne peut pas vouloir se faire raser la tête dans le noir et venir se plaindre parce que son oreille a été coupée". Pour dire que c’est le cas d’espèce, et il s’étonne que celui-ci vienne défendre un dossier du genre...

Faux billets et faux or…

Autre fait et pas des moindres, lors de la perquisition du domicile de Zacharia le marabout, la police y a découvert des faux billets en Euros comme en FCFA. Il y avait aussi de la poudre jaune dans une cantine, qui était du bronze et qui faisait penser à de l’or.

Tout cela choses fait donc que les deux avocats de Silga crient à l’arnaque et à l’escroquerie, parce qu’un marabout ne se permet pas de faire des choses de ce genre. Car l’on connait, de par sa définition, qu’un marabout est quelqu’un qui a des pouvoirs mystiques, avec des dons de devin et de guérisseur, mais ce n’est pas le cas de figure ici. Ils disent que Silga réclame tout simplement la somme de 41 millions FCFA, sans dommages et intérêts. Outre cela, eux-mêmes réclament la somme d’un million FCFA au titre des frais exposés…

Ils sont soutenus dans leur défense par le procureur qui estime que ce sont des manières de personnes qui se font passer pour des marabouts pour venir escroquer d’honnêtes citoyens. Selon lui, les faux billets, entre autres, dont le bronze qui fait penser à de l’or, font que l’on devine que toutes ces choses sont entreposées chez Zacharia, afin de mystifier ses clients et faire penser qu’il est riche où qu’il mérite confiance et est beaucoup sollicité.

Sauf que ce n’est pas le cas. Le procureur estime donc que Zacharia et son acolyte, O. Issiaka, sont effectivement des escrocs. Il requiert contre eux la peine de 36 mois de prison ferme.

30 ans de maraboutage sans problème…

Zacharia, le marabout, pour le mot de la fin, après les différentes réquisitions des avocats de Silga et du procureur, explique que cela fait trente ans qu’il vit du maraboutage. Il ne connait que cela depuis qu’il est né. Il n’a jamais eu de problèmes avec qui que ce soit. Il est souvent sollicité dans des pays voisins, dont le Sénégal, le Togo, le Bénin, la Côte D’Ivoire. Il dit qu’il n’est pas de mauvaise foi. Car quand Silga l’a rencontré pour la première fois, il circulait dans un véhicule V8.

Il déclare que si toutefois il était un escroc, il allait se retrouver devant la justice, alors que depuis trente ans, c’est la seule fois que cela lui arrive. Il dit cependant merci au tribunal qui l’a écouté et qui saura en délibérer. Il explique qu’il a un problème de santé, et donc a besoin d’être en soins…

La délibération est prévue pour ce 26 septembre 2017…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 28 septembre 2017, par DAO

Coynou n’est pas la capital du Benin mais Porto Novo
Cotonou est la capitale économique
Bon à savoir !


Ajouter un commentaire

 

L’AFFICHE DU JOUR

Incendie ce dimanche 10 décembre midi, à la cour d’appel de Ouagadougou.

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : le film d’une évasion spectaculaire à la MACO ...
ZOODOACTU.Ils sont trois Gardes de sécurité pénitentiaires (GSP) à comparaître devant le Tribunal de (...)
Conseil des ministres du 7 décembre 2017 : 57 973 462 203 FCFA pour la société KANIS LOGISTIC SA
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en (...)
Madame Mariam Diallo née Zoromé, décédée
ZOODOINFOS. Le Ministre d’Etat, ministre de la Sécurité a le profond regret d’annoncer le décès de (...)
Situation nationale : le Kôrô Yamyélé parle au PM Paul Kaba TIEBA
ZOODOACTU.- Monsieur le PM PKT, j’ai lu votre déclaration très osée, voire injurieuse envers des (...)
11 choses que les femmes veulent mais qu’elles se gênent de dire aux hommes
ZOODOINTIMITE.1- Votre femme veut que vous soyez galant à tout moment. 2- Elle veut sentir (...)
À suivre : des experts de l’ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé
ZOODOACTU.Les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ont appelé jeudi (...)
Devant le tribunal : il simule un évanouissement, à la vue des gendarmes...
ZOODOACTU.I. Adama est commerçant, et tient une alimentation. Il a cependant été arrêté et déféré (...)
Appel à contribution pour l’organisation d’une veillée et de l’inhumation de Oxy Dj
ZOODOACTU. De façon spontanée, les amis et collègues de l’artiste OXY dj se sont réunis le lundi 4 (...)
Simon Compaoré aux forces de sécurité de Pabré, Dapelgo, Kongoussi et Rouko : « Sachez que vous n’êtes pas oubliés »
ZOODOINFOS.Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était en tournée le dimanche (...)
Haute Cour de Justice : nominations de magistrats
ZOODOACTU.La nouvelle loi organique modificative de la Haute Cour de Justice a créé en plus des (...)