Devant le tribunal
Devant le tribunal : abus d’autorité des koglwéogos ?  14 septembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.D. Omer est apprenti chauffeur de 28 ans. Il est accusé d’avoir braqué, en compagnie de 5 autres personnes, une boutique. Ils auraient emporté la somme de 410 000 FCFA ainsi que des cartes de recharge téléphonique, en avril dernier. Omar était à la barre au Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour s’expliquer.

Il ne reconnait tout simplement pas les faits. Il explique que le jour de son arrestation, il venait d’arriver de Boromo, car il est apprenti-chauffeur. Il devait repartir le même jour pour Sapouy, sauf qu’il y a eu un contretemps. Ce qui a fait qu’il est resté dormir chez lui. Le lendemain, pendant qu’il se rendait chez un ami, c’est à sa grande surprise qu’il a vu deux messieurs qui sont venus lui demander de les suivre parce qu’ils avaient besoin de lui parler.

Il leur répond d’abord qu’ils ne se connaissent pas, et leur dit qu’il espère que c’est pour de bonnes nouvelles. Il les suit, et c’est là que les deux personnes l’embarquent, se présentant comme étant des koglwéogo, et le conduisent à leur quartier général situé à Kienfangué, pendant que les faits se sont passés à Nagrin.

Il explique qu’il a été torturé là-bas, si bien qu’il était obligé de raconter des histoires pour avoir la vie sauve. Il a même cité un de ses amis, Aziz, qui a été interpellé aussi par mes koglwéogos et qui est venu témoigner que si c’est pour des faits de ce genre, Omar n’en a jamais fait pas partie.

Selon le procès-verbal de la police, la victime a dit que les braqueurs sont venus à 6. Il y avait 3 d’entre eux qui faisaient le gué, pendant que les 3 autres opéraient. Il a reconnu cependant Omar qui était dans le lot et qui était posté dehors avec les 2 autres.

Omar explique cependant qu’il ne connait même pas le boutiquier, qu’il n’est jamais rentré dans son commerce et qu’il ne passe par là que pour aller assister aux matchs de football à côté de là-bas. Il explique que sauf les samedis et dimanches, il n’est jamais sur place car il voyage tout le temps.

Il raconte que le mal que les koglwéogos lui ont fait allait lui coûter la vie, et explique cela en détails, entre autres tortures inhumains.

Le Procureur du Faso, dans ses réquisitions, explique d’abord que c’est la parole du boutiquier contre la sienne. Il estime que l’on ne peut reconnaitre entre des personnes une seule et prétendre que c’est lui. Outre cela, il estime que Omar doit être relaxé au profit du doute. Ce qui a été suivi par le tribunal, qui l’a effectivement relaxé…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Dossier du coup d’Etat manqué : Djibrill Bassolé libéré .Des protestations en cours.
ZOODOACTU.Ça semblait être le combat de sa vie. La liberté provisoire obtenue ce mardi 10 octobre (...)
Devant le tribunal : sieur K. Souleymane est coupable de fétichisme et menaces de mort…
ZOODOACTU. K. Souleymane comparaissait ce jeudi 12 octobre devant le Tribunal de grande (...)
Les autorités françaises doivent arrêter François Compaoré
ZOODOACTU..François Compaoré, le propre frère du dictateur Blaise Compaoré chassé par son peuple à (...)
Annoncé positif au VIH du Sida, Eboué donne la vraie version
ZOODOACTU.Malade depuis l’année dernière et déclaré séropositif par les rumeurs tenace, (...)
Devant le tribunal : Boubacar et Diane.Viol ou pas ?
ZOODOACTU. B. Boubacar est menuisier de profession, âgé de 32 ans, célibataire sans enfant. Il a (...)
Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux…"
ZOODOINFOS.Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA (...)
La mise en liberté provisoire du Général Djibril BASSOLET : la Chambre de Contrôle de l’instruction, s’explique.
ZOODOACTU.Le 10 octobre 2017, la Chambre de Contrôle de l’instruction du Tribunal Militaire de (...)
Devant le tribunal : une affaire de détournement de clients au profit d’une autre société,...
ZOODOACTU. K. Barkié a assigné son employeur, K. Issoufou, au Tribunal du travail ce mardi 10 (...)
Kôrô Yamyélé à Mariam SANKARA : " Thomas ne vous appartient plus à vous seuls ! "
ZOODOACTU.MARIAME, excuse-moi mais le Kôrô Yamyélé que je suis, a connu votre défunt mari que (...)