ACTUALITE
Côte d’Ivoire : des tirs font trois morts dans un camp militaire à Korhogo   15 juillet 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINTER. Trois soldats ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi dans des tirs survenus dans un camp militaire de Korhogo, grande ville du nord de la Côte d’Ivoire, a déclaré une source proche de l’état-major.
« Il y a trois soldats tués et trois blessés à Korhogo », a déclaré cette source à l’AFP sous couvert d’anonymat.

Des habitants avaient auparavant signalé des tirs dans deux camps militaires de Korhogo et Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, dans la nuit de vendredi à samedi.
Samedi matin, le calme était revenu dans les deux villes, a ajouté la source proche de l’état-major, une information confirmée localement.
Les incidents n’ont pas fait de victimes à Abidjan, selon le responsable militaire interrogé.

« Rien à signaler à Abidjan », a-t-il dit, ajoutant que les militaires impliqués dans les incidents « ont été dispersés ».
Il n’a pas voulu donner plus de précision dans l’immédiat mais la Côte d’Ivoire a été au cours des derniers mois le théâtre de mutineries de soldats réclamant le versement de primes.

« L’état-major va faire un communiqué sur la situation au journal télévisé de 13h00 » (locales et GMT), a seulement dit la source proche de l’état-major.
Les corps des victimes ont été déposés à la morgue de Korhogo, a rapporté un correspondant de l’AFP.

« Selon notre constat, ils sont morts par balle et ils sont habillés en tenue militaire », a déclaré une source à la morgue sans pouvoir préciser l’identité des victimes et les circonstances de leur mort.
« Sont-ils des assaillants ou des vrais militaires je ne peux vous le clarifier », a-t-on ajouté.

« Les militaires du camp de Korhogo ont commencé à tirer des coups de feu depuis 01h00 (locale et GMT) du matin, dans leur camp, on ne sait pas pourquoi », avait affirmé auparavant Adama Coulibaly, un menuisier joint par téléphone.
« Les soldats sont restés dans leur camp et n’ont pas occupé pour l’heure les rues. Personne ne sait pourquoi ils font ça », a expliqué Issouf Yéo, enseignant à Korhogo.
A Abidjan, les tirs ont duré environ une heure et demi, a rapporté un habitant.
« On était couchés quand les tirs ont commencé. Il était 01h30 (locales et GMT). Ca a duré jusque après 03h00 du matin. Il y a eu beaucoup de tirs à l’intérieur de l’ancien camp de l’Onuci – opération des Nations unies – occupé actuellement par des militaires », a raconté un habitant du quartier populaire d’Abobo, joint au téléphone par l’AFP.
« On a eu très peur. On ne sait pas ce qui se passe », a ajouté un autre habitant.
Selon une source proche de l’armée ivoirienne, les tirs de la nuit seraient le fait de militaires mécontents.
« Ce sont des caporaux de l’armée qui sont à la base de mouvements mais jusque-là on ne connaît pas leurs motivations », a-t-on dit.

En janvier puis en mai, la Côte d’Ivoire a connu des mutineries d’anciens rebelles intégrés dans l’armée et réclamant le paiement de primes promises. Ils ont fini par obtenir de l’Etat 12 millions de FCFA par tête (18.000 euros).
Environ 6.000 anciens rebelles « démobilisés », qui n’ont pas été intégrés à l’armée, ont eux aussi réclamé des primes, sans succès. Quatre d’entre eux avaient été tués en mai lors de l’intervention des forces de l’ordre pour disperser leur mouvement.
La Côte d’Ivoire a connu une décennie de violente crise entre 2002 et 2011. Le pays était coupé en deux entre les rebelles des Forces nouvelles occupant le nord et l’armée régulière qui avait la maitrise du sud.

Jeune Afrique

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Situation nationale : des anciens révolutionnaires sortent...
ZOODOACTU.La vie se déroule selon un processus marqué par de grandes étapes et les humains ont (...)
Devant le tribunal : brouilles entre un chirurgien-dentiste et sa secrétaire-comptable
ZOODOACTU.K. Yolande est poursuivie pour des faits de faux, d’usage de faux et d’abus de (...)
Un recrutement de personnels d’appoint notamment les retraités et les volontaires pour la continuité du service public
ZOODOACTU.Le conseil des ministres s’est tenu ce lundi 18 juin 2018 sous la présidence de Roch (...)
Crise au MINEFID : un front-anti grévistes accuse les syndicats en grève d’être des opportunistes
ZOODOACTU.Ce lundi 18 juin 2018, à la Direction générale de la coopération (DGCOOP), des agents du (...)
Devant le tribunal : mystère autour de cette perte à GECOM-SIDCO Burkina
ZOODOACTU.Affaire complexe pour sieur K. Elie, qui est poursuivi pour des faits d’abus de (...)
Conseil des ministres du 20 juin 2018 : 492 procédures administratives ont été identifiées et seront simplifiées d’ici à 2020
ZOODOACTU. L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 20 juin 2018 sous la (...)
Archidiocèse de Ouagadougou : voici le mouvement des prêtres 2018-2019.
ZOODOACTU.Voici la nouvelle configuration des équipes pastorales pour 2018-2019.
Crise au MINEFID : l’Institut Martin Luther King d’Etudes Politiques demande aux parties d’aller au dialogue
ZOODOACTU.L’IEP-ML King fait le triste constat que depuis le début de la crise au sein du MINEFID (...)