Devant le tribunal
Devant le tribunal : filouterie d’hôtel á Ouaga  28 décembre 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.D. Fokam de nationalité étrangère a comparu devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 27 Décembre 2016 pour répondre des faits de filouterie d’hôtel…
A la barre, le prévenu reconnait les faits. Il explique être venu à Ouagadougou pour vendre son œuvre littéraire mais que celle-ci n’a pas connue de succès d’où ses problèmes financiers. Il dit ne pas être de mauvaise foi et demande la clémence du tribunal pour retourner chez lui et continuer ses activités de journaliste.

Le collectif de victimes, composé des hôtels Avenir, Anael, et Excellence ont expliqué que le prévenu était venu prendre des chambres dans leur hôtel et promettait toujours de payer bientôt à chaque fois qu’on lui réclamait l’argent. Il avait même fait croire qu’il était un ami du procureur du Faso et qu’il était en relation avec le coursier du père du président du Faso. Toutes ces manœuvres avaient fini par convaincre les hôteliers de sa bonne foi. Le collectif se constitue partie civile et réclame tous le paiement des frais des chambres. L’hôtel Avenir réclame le paiement de la somme de 879 000 f CFA pour le compte de 33 nuitées plus restauration, la résidence Anael réclame la somme de 287 500 FCFA pour le compte de 23 nuitées plus restauration et, Excellence hôtel réclame la comme de 2.671.000 FCFA pour le compte de 108 nuitées plus restauration.

Le substitut du procureur dans ses réquisitions indique que les faits son simples, que l’intéressé qu’il était dans l’impossibilité de prendre un hôtel mais cela ne l’a pas empêché de le faire. Pour lui, en le faisant, il s’est fortement rendu coupable de filouterie pour ce qui concerne les hôtels Avenir et Anael. Pour le cas de l’hôtel Avenir, le procureur apprend que la loi prévoit qu’au-delà de 15jours, on ne peut plus retenir les faits de filouterie, l’hôtelier devant prendre des précautions. Au regard de tout ceci, il requiert que le prévenu soit relaxé des fins de la poursuite de l’hôtel excellence. Mais il requiert que D. Fokam soit reconnu coupable pour les poursuites des hôtels Anael et Avenir. Il requiert qu’en répression, le prévenu soit condamné à une peine d’amende de 150 000 F CFA et au paiement des frais des deux hôtels. Il requiert enfin que le prévenu soit interdit de séjour au Burkina Faso.
Le tribunal à mis le dossier en délibéré pour le 10 Janvier 2017.

Sidi Ag Mohamed

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Wanted : TALL Oumarou activement recherché par la gendarmerie
ZOODOACTU.Nous recherchons activement le sieur TALL OUMAROU, né le 08 Octobre 1992 à Ouagadougou (...)
Devant le tribunal : c’est après coup, que j’ai su que ce n’était pas mon mari...
ZOODOACTU.S.Salam et son frère S. Issa ont comparu devant le tribunal de grande instance de (...)
Le café : quand les éléphants (du MPP) se battent…
ZOODOINFOS.Pas de fumée sans feu. Les rumeurs sur les grandes manœuvres au sein du pouvoir (...)
Devant le tribunal : une opération qui fait froid au dos...
ZOODOACTU.Pascal T dit Yacou, Georges P dit Walib, Ousmane G et Salif T ont comparu devant le (...)
Arrestation de trois individus suspects dangereux
ZOODOACTU.Le Commissariat de Police de l’Arrondissement de Boulmiougou a mis aux arrêts un groupe (...)
A suivre : Adama ZONGO quitte la MACO
ZOODOACTU.Adama Zongo, ancien maire de Tanghin-Dassouri et président de la Fédération associative (...)
Le café : la bombe des syndicats désamorcée in extremis
ZOODOINFOS.Le syndicat du ministère des Infrastructures a créé le buzz. Les révélations de son (...)
Pourquoi les femmes sont plus rancunières ?
ZOODOACTU.On a tendance à dire que les femmes sont très dures entre elles, et qu’elles seraient (...)
Avoir des seins denses double le risque de cancer du sein
ZOODOACTU.Des chercheurs affirment que plus le tissu des seins est dense, plus il y a de risque (...)
Le café /Insurrection : la justice attendue pour départager vainqueurs et vaincus
ZOODOACTU.Le rythme de la justice n’obéit pas toujours à la vox populi. Celle-ci réclame hic et (...)