ZoodoCulture
Musique : « Ce n’est pas toujours simple, quand tu veux tout recommencer à zéro, sans aide », Idak Bassavé  12 novembre 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU. Idak Bassavé est née d’une famille musicienne. En effet, l’orchestre de « La famille Bassavé », avec le père, Abdoulaye Bassavé, la mère, Marie Béré et leurs enfants), a fait parler de lui dans les années 1980, et a connu du succès dans la sous-région. Courageuse et talentueuse, Idak Bassavé, de son vrai nom Bassavé Kady, vient de mettre sur le marché musical son 6è album, baptisé « Saf ». Ce titre vient en hommage à sa sœur Safoura Delta, qui est décédée en 2015. Idak Bassavé nous relate les conditions dans lesquelles cet album a été enregistré, remercie tous ceux qui l’ont soutenue durant la mort soudaine de ses deux sœurs et, invite tous ses fans à la soutenir davantage en se procurant de ce nouveau chef d’œuvre.

zoodomail.com : Pourquoi ce long silence entre le dernier album et ce nouvel ?

Idak Bassavé : J’ai perdu deux sœurs en 2015, donc cela a été très dur pour moi. Jusqu’à présent lorsque j’écoute cet album, je me demande comment j’ai réussi à composer ces chansons, car ce n’était pas du tout facile. Il y a une amie, du nom de Mme Rokia, qui m’a suggéré de venir aux Etats Unis pour me reposer un peu, afin de me changer les idées, parce qu’elle savait que ce n’était vraiment pas facile pour moi.

Après cela, j’ai fait un tour en Italie et, peu à peu, j’ai repris goût à la vie. Au retour, il fallait maintenant préparer l’album. Dans mon programme, ce n’était pas seulement l’album que je voulais préparer, c’était aussi mes 30 ans de musique que j’avais voulu organiser en 2015 avec ma sœur Safoura. On répétait, tout était fin prêt, et le destin en a décidé autrement. En 2016, j’avais voulu relancer la cérémonie, mais faute de moyens, je n’ai pas pu. Ce n’est pas toujours simple, quand tu veux tout recommencer à zéro, sans aide. On essaie de grandir et de comprendre que c’est la volonté de Dieu…

Parles-nous de ce nouvel album

C’est un album de dix titres, chanté en mooré, français, sissala, rythmique, tradi-moderne, qui a été enregistré entre Ouagadougou et Abidjan. Il parle, entre autres, de l’amour, du respect envers les parents, de mariage, du Burkina Faso, des enfants abandonnés. « Ton pied mon pied » est le titre phare de l’album, il parle de l’union entre l’homme et la femme à demeurer ensemble pour le bonheur de la famille. Il a été enregistré à Abidjan par un jeune arrangeur du nom de Hermann.

J’ai fait des featuring avec Frère Malcom et Hado Porgo. On a déjà des contacts de managers qui vont s’occuper de la promotion de l’album dans plusieurs pays, car il peut être consommé partout. C’est un album qui a été arrangé par Yves De Bemboula, du Burkina Faso, et Hermann de la Côte d’Ivoire, dans des conditions morales et financières difficiles.

Pourquoi l’avoir baptisé « Saf » ?

C’est un hommage à ma sœur Safoura Delta, qui nous a quittés en 2015. Ça a été une épreuve très dure pour moi, j’avais même voulu composer une chanson spéciale pour elle, mais le courage m’a manqué. J’ai donc préféré baptiser tout l’album « Saf », en attendant qu’un jour, je puisse composer une chanson pour lui rendre hommage, car elle était tout pour moi.

Quelle est la particularité de cet album ?

Cette fois-ci, j’ai beaucoup travaillé, je dirai donc que c’est ça, la particularité. Côté voix surtout, il y a beaucoup d’amélioration. C’est une musique dansante, avec les instruments du terroir.

Comment comptes-tu rendre hommage à Safoura, dans ton prochain album ?

(Soupirs)…Je voulais même reprendre « Dieu fait le reste », mais c’était difficile. A chaque fois que je prends sa photo ou que je commence à chanter sa chanson, les souvenirs reviennent et c’est difficile. Mais dans mon prochain album, je vais chanter sa chanson, en tout cas, Safoura va toujours exister d’une manière ou d’une autre dans mes albums à venir. Safoura était tout pour moi.

Ton mot de fin ?

Je remercie tout le monde, le ministère en particulier, et ma marraine, Ida Zoromé. J’ai des fans et c’est grâce à leurs prières qu’aujourd’hui, je suis là, ce n’est pas facile. J’ai davantage besoin de leur soutien, je leur demande de consommer sans modération ce nouveau CD, afin de me permettre de relancer mes 30 ans de musique. Je n’oublie pas de remercier zoodomail.com, qui m’offre cette opportunité de parler de mon nouvel album.

Emilienne Kaboré

Répondre à cet article

 

Il y a 5 commentaire(s) pour cet article

posté le 12 novembre 2016, par PATRIOTE

Du courage et confie toi surtout à DIEU. Parfois il y a des poids que seul on ne peut supporter. l’aide du Seigneur est très important.


posté le 12 novembre 2016, par ABLO

Je félicite cette "DIVA" de la musique burkinabé, j’ai nommé Idak Bassavé ! Contre vents et marrées, elle est restée constante et fidèle à la vulgarisation des rythmiques sonores de notre terroir ! Courage donc à toi ma soeur Idak et bon vent à ton nouvel opus discographique "SAF" ! Le défis du développement de la musique burkinabé à travers le monde entier est quasi relevé et ce, grâce à des artistes courageux, persévérants et professionnels comme toi. Vive la musique tradi-moderne burkinabé !


posté le 12 novembre 2016, par ABLO

Je félicite cette "DIVA" de la musique burkinabé, j’ai nommé Idak Bassavé ! Contre vents et marrées, elle est restée constante et fidèle à la vulgarisation des rythmiques sonores de notre terroir ! Courage donc à toi ma soeur Idak et bon vent à ton nouvel opus discographique "SAF" ! Le défis du développement de la musique burkinabé à travers le monde entier est quasi relevé et ce, grâce à des artistes courageux, persévérants et professionnels comme toi. Vive la musique tradi-moderne burkinabé !


posté le 13 novembre 2016, par musicien

Bon courage à toi ma sœur ! je t’ai accompagné sur certaines scènes à la guitare basse avec ton frère Mamadou aux claviers et ta sœur Safoura aux cœurs dans une tournée musicale quand je résidais encore au pays. je connais les sentiments et les émotions que suscite la mort dans le reste de ta famille, (toi qui a perdu tes chers parents très tôt) et maintenant tes sœurs.
retiens qu’on "est pas orphelin d’avoir perdu père et mère, on est orphelin d’avoir perdu tout espoirs" et donc tu dois garder l’espoir ma sœur tu n’as pas d’autres choix d’ailleurs (avec l’aide de dieu).
je souhaite bon vent à ton album et bon courage à toi surtout.
J.M. 


posté le 18 novembre 2016, par BELY

Meme su tu nes pas encorre arrivee au satde de M makeba, je te felicite pour ta constance.tu n’as pas eu de kunde, mais pas grave du tout. A somon Zan zan idak. je dansais bien la musique familiale à Nebie-lianayou en 88. Courage. on te soutient


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : sieur K. Souleymane est coupable de fétichisme et menaces de mort…
ZOODOACTU. K. Souleymane comparaissait ce jeudi 12 octobre devant le Tribunal de grande (...)
Dossier du coup d’Etat manqué : Djibrill Bassolé libéré .Des protestations en cours.
ZOODOACTU.Ça semblait être le combat de sa vie. La liberté provisoire obtenue ce mardi 10 octobre (...)
Kôrô Yamyélé à Mariam SANKARA : " Thomas ne vous appartient plus à vous seuls ! "
ZOODOACTU.MARIAME, excuse-moi mais le Kôrô Yamyélé que je suis, a connu votre défunt mari que (...)
Annoncé positif au VIH du Sida, Eboué donne la vraie version
ZOODOACTU.Malade depuis l’année dernière et déclaré séropositif par les rumeurs tenace, (...)
Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux…"
ZOODOINFOS.Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA (...)
Devant le tribunal : Boubacar et Diane.Viol ou pas ?
ZOODOACTU. B. Boubacar est menuisier de profession, âgé de 32 ans, célibataire sans enfant. Il a (...)
La mise en liberté provisoire du Général Djibril BASSOLET : la Chambre de Contrôle de l’instruction, s’explique.
ZOODOACTU.Le 10 octobre 2017, la Chambre de Contrôle de l’instruction du Tribunal Militaire de (...)
Police nationale : deux réseaux de délinquants mis hors d’état de nuire par le CCP-O et le SRPJ
ZOODOACTU. Le Commissaire central de Police de Ouagadougou (CCP-O), Bonswindé Sankara, et (...)
Chambre du commerce et d’industrie du Burkina Faso : des commerçants accusent le président de gestion clanique et discriminatoire
ZOODOACTU.Dénoncer la gestion de la Chambre du commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) (...)