ZoodoCulture
Cinéma : « Lorsque tu passes par le théâtre, tu acquiers des aptitudes qui te permettent d’exceller dans le cinéma, » Serge Ouédraogo  2 novembre 2016
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU. Wendyam Serge Ouédraogo, artiste-comédien, est sacré meilleur acteur de l’année 2016. Nous l’avons reçu dans nos locaux ce mardi 1er novembre 2016, pour mieux le découvrir et connaitre le secret de sa réussite professionnelle, dans le domaine du cinéma.


zoodomail.com : Parles-nous un peu de ta carrière artistique…

Wendyam Serge Ouédraogo :
Je suis comédien de théâtre depuis 1998, j’ai évolué dans plusieurs troupes jusqu’à nos jours. J’ai commencé avec la troupe de l’unité de Ouagadougou. Après, je suis allé au Groupe théâtrale pour l’éducation sociale. Par la suite, je me suis retrouvé à la Troupe de la Radio nationale du Burkina Faso. C’est en 2010 que j’ai été retenu dans le cinéma, avec Aboubacar Sidnaba, dans son film Som-zita. Ensuite, j’ai été retenu pour la série Affaires publiques, dans le même mois.

Tu viens de dire que tu es passé par des troupes théâtrales. Est-ce là le secret de ta réussite ?

Moi je pense que le passage dans les troupes théâtrales est obligatoire, pour quelqu’un qui rêve de faire une carrière d’acteur dans le cinéma. Parce que c’est fondamental, ce que l’on apprend en théâtre... La différence entre ces deux disciplines est que le théâtre, c’est de l’art vivant. Là-bas, il n’y a pas de couper et reprendre, alors qu’en cinéma, on peut reprendre plusieurs fois pour retenir le meilleur. Lorsque tu passes par le théâtre, tu acquiers des aptitudes qui te permettent d’exceller dans le cinéma. Quelqu’un peut avoir des talents propres qui lui permettent de tourner un film, mais l’œil professionnel saura que la personne n’a pas fait de théâtre, car il lui manquera quelque chose. La formation en théâtre est complémentaire.

Tu as tourné au total combien de films ?

J’ai tourné une vingtaine de films.

Dans quel rôle t’es-tu le mieux senti, parmi tous ces films, et pourquoi ?

Un bon acteur doit pouvoir incarner le rôle que l’on lui confie. J’ai aimé le rôle de Da Costa, dans « Une nuit avec ta femme », du réalisateur Ibrahim Ollokunga, parce que j’avoue que c’était un rôle difficile. Au début, lorsqu’il m’a contacté pour ce rôle, on a d’abord essayé deux manières d’incarner ce personnage. Au finish, c’est le rôle de soulard qu’il a apprécié.

Est-ce que dans la vie tu aimes réellement boire ?

(Rires…) Pas du tout, je ne suis pas un soulard. Effectivement, beaucoup pensent que j’ai passé tout mon temps à boire pour pouvoir incarner ce personnage, alors que je n’ai même pas bu un verre pour le faire. Quand on tourne, on ne boit pas, parce qu’il y a des textes à apprendre de façon naturelle et une fois que l’alcool intervient, je crois qu’on peut tout fausser.

Quelles sont tes relations avec les réalisateurs et les fans ?

Je m’entends très bien avec les réalisateurs, la preuve est que j’incarne des rôles dans beaucoup de films. Les fans, on se taquine en circulation, surtout avec la gente féminine. D’autres me disent que tu fais la fierté du Burkina, et cela me fait plaisir. Une petite anecdote : un jour, un de mes fans a demandé à sa fille de me remettre 1000 FCFA de sa part, dès qu’elle me verra, parce qu’il aime bien ce que je fais. Dès que sa fille m’a vu, elle a transmis la commission et cela m’a réellement touché. J’ai, en retour, fait plaisir au fan en me rendant chez lui, on a échangé et il m’a prodigué des conseils. J’ai gardé les 1000 FCFA à la maison en souvenir.

Que penses-tu du niveau du cinéma en général, au Burkina Faso ?

Je pense que c’est louable, car beaucoup ne se découragent pas, malgré qu’il n’y ait pas vraiment de soutien en la matière. Ils se battent pour faire plaisir aux fans, car quoi qu’on dise, nous restons la capitale du cinéma africain. Ça progresse avec la nouvelle génération et nous espérons qu’un jour, tout ira de l’avant. J’invite les réalisateurs à donner la chance à la nouvelle génération de pouvoir s’exprimer, car il y a des talents cachés.

Est-ce qu’aujourd’hui, le cinéma nourrit son homme ?

Oui et non, et le non domine le oui. Non, parce qu’un comédien qui joue un rôle, qui attend deux semaines après la sortie du film pour avoir son argent et qui doit payer le loyer et nourrir sa famille avec cela, comprenez que c’est très difficile, ce qui fait que certains rendent parfois le tablier. La vérité est que le domaine manque de financement. Moi personnellement, je rends grâce à Dieu, car j’ai été désigné Meilleur acteur 2016, surtout, j’essaie de ne pas vivre au dessus de mes moyens. Vous savez, j’étais surveillant avant de me lancer dans le cinéma. J’ai trouvé avec le temps que le travail de surveillant ne me convenait pas, car il était destiné aux vieux.

Ton mot de la fin ?

Merci à zoodomail.com de m’avoir reçu, car c’est grâce à vos contributions que nous sommes connus, suivis et primés. Je sais qu’à travers cette interview, j’aurai encore quelque part du « gombo » et surtout, que le Seigneur bénisse le Burkina Faso !

Emilienne Kaboré

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : sieur K. Souleymane est coupable de fétichisme et menaces de mort…
ZOODOACTU. K. Souleymane comparaissait ce jeudi 12 octobre devant le Tribunal de grande (...)
Dossier du coup d’Etat manqué : Djibrill Bassolé libéré .Des protestations en cours.
ZOODOACTU.Ça semblait être le combat de sa vie. La liberté provisoire obtenue ce mardi 10 octobre (...)
Kôrô Yamyélé à Mariam SANKARA : " Thomas ne vous appartient plus à vous seuls ! "
ZOODOACTU.MARIAME, excuse-moi mais le Kôrô Yamyélé que je suis, a connu votre défunt mari que (...)
Annoncé positif au VIH du Sida, Eboué donne la vraie version
ZOODOACTU.Malade depuis l’année dernière et déclaré séropositif par les rumeurs tenace, (...)
Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux…"
ZOODOINFOS.Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA (...)
Devant le tribunal : Boubacar et Diane.Viol ou pas ?
ZOODOACTU. B. Boubacar est menuisier de profession, âgé de 32 ans, célibataire sans enfant. Il a (...)
La mise en liberté provisoire du Général Djibril BASSOLET : la Chambre de Contrôle de l’instruction, s’explique.
ZOODOACTU.Le 10 octobre 2017, la Chambre de Contrôle de l’instruction du Tribunal Militaire de (...)
Police nationale : deux réseaux de délinquants mis hors d’état de nuire par le CCP-O et le SRPJ
ZOODOACTU. Le Commissaire central de Police de Ouagadougou (CCP-O), Bonswindé Sankara, et (...)
Chambre du commerce et d’industrie du Burkina Faso : des commerçants accusent le président de gestion clanique et discriminatoire
ZOODOACTU.Dénoncer la gestion de la Chambre du commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) (...)